QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

Qui étaient les douze ?

 

Dans l'émission: "L'origine du christianisme" il apparaît que le nombre et l'identité des Douze sont remis en cause.

"Trois listes de disciples figurent dans l'Evangile de Matthieu, de Marc et de Luc. Mais elles ne concordent jamais exactement entre-elles, attribuant des places et des noms différents aux douze disciples." (Narratrice de L'origine du christianisme - Un royaume qui ne vient pas - Arte )

"D'abord, on n'est pas obligé de penser que les douze étaient douze. Parce qu'au fond, douze est un chiffre symbolique. Et ce qu'on constate, c'est que les listes des douze dans le Nouveau Testament comprennent un certain nombre de figures obligatoires ; on n'imagine pas une liste des douze sans Pierre, sans Jacques, sans Jean, sans André etc… mais quand on arrive à la fin de la liste on a des variations très importantes. Donc on a l'impression qu'il y a un quatuor de tête, que le chef, le premier violon du quatuor de tête était Pierre, puis ensuite, quand on va un peu plus loin on voit que les frontières des douze sont flexibles. Donc on imagine que Jésus était accompagné d'un certain nombre de compagnons." (François VOUGA, faculté libre de théologie Bethel- L'origine du christianisme - Un royaume qui ne vient pas - Arte )

François VOUGA

Peut-on imaginer que les premiers Chrétiens aient pu se tromper sur les noms des douze disciples ou Apôtres de Jésus ?

De plus, d'après François VOUGA, le nombre des disciples semble être incertain. Douze, quatorze ou "un certain nombre" (petite pensée à Fernand Raynaud).

Quelle importance qu'il y ait douze Apôtres ou plus ?

"Du temps de Jésus terrestre, d'après notamment Matthieu au chapitre 19 […] Jésus dit : "Vous allez siéger sur les douze trônes pour juger les douze tribus d'Israël." […] C'est une manière de dire que les douze véritablement devaient renouveler Israël. Et au début des Actes [des Apôtres 1 :15-26] on va reconstituer le groupe des douze parce qu'un d'entre eux a manqué à la mission, celui qu'on appelle Judas, qu'on désigne en général comme "un des douze"." (Jean-Pierre LEMONON, faculté théologique catholique de Lyon - L'origine du christianisme - Un royaume qui ne vient pas - Arte)

Jean-Pierre LEMONON

On va donc répondre à ces 2 questions :
Quel était le nombre exact des Apôtres de Jésus-Christ ?
Quelle était leur identité ?

 

 

Quel était le nombre exact des Apôtres de Jésus-Christ ?

En Matthieu 10 on peut lire :
" 1 Et appelant à lui ses douze disciples […] 2 Voici les nom des douze Apôtres […] " (Osty)

La notion de "disciple" ou d' "Apôtre" est donc différente.
Jésus avait de nombreux disciples ("Personne qui reçoit un enseignement" Dictionnaire du français contemporain - Larousse 1971) comme Joseph d'Arimathie par exemple (Matthieu 27 :57). En Luc 10 :1 on lit :

" le Seigneur en désigna soixante-douze autres et les envoya deux par deux […] "

Par contre "Apôtre" ("Nom donné aux douze disciples de Jésus […]" Dictionnaire du français contemporain - Larousse 1971) est réservé aux Douze. Ces douze disciples étaient particulièrement proches de Jésus tout au long de sa vie publique.
Si ils étaient douze, alors ils étaient donc facilement identifiables.

 

 

Quelle était l'identité des Douze ?

Voici la liste des Apôtres du Seigneur. Dans les Evangiles, on trouve, en les replaçant dans le même ordre :

La Cène - Léonard de Vinci - John Bowker - Le grand livre de la Bible - Larousse/Cerf 1999

 

Matthieu 10:1-5 (Osty)
1- Simon (Pierre)
2- André (son frère)
3- Jacques (fils de Zébédée)
4- Jean (son frère)
5- Philippe
6- Barthélemy
7- Thomas
8- Matthieu (Lévi le publicain)
9- Jacques ([fils] d'Alphée)
10- Thaddée
11- Simon (le Cananéen)
12- Judas l'Iscariote

Luc 6:12-16 (Osty)
1- Simon (Pierre)
2- André (son frère)
3- Jacques
4- Jean
5- Philippe
6- Barthélemy
7- Thomas
8- Matthieu
9- Jacques ([fils] d'Alphée)
10- Judas ([fils] de Jacques)
11- Simon appelé Zélote
12- Judas Iscariote

Marc 3 :16-19 (Osty)
1- Simon (Pierre)
2- André
3- Jacques (le fils de Zébédée)
4- Jean (le frère de Jacques)
5- Philippe
6- Barthélemy
7- Thomas
8- Matthieu
9- Jacques (le [fils] d'Alphée)
10- Thaddée
11- Simon (le Cananéen)
12- Judas Iscarioth

Ces listes des Apôtres ne sont pas si différentes les unes des autres lorsque l'on replace les noms dans le même ordre. Où sont ces "variations très importantes" ?
Seul en 10 on trouve :
soit Judas ([fils] de Jacques) en Luc
soit Thaddée en Marc et Matthieu.

Rien ne permet de dire que ces 2 noms ne désignent pas la même personne. Pourquoi ?
Parmi le groupe des douze, certains Apôtres avaient le même prénom.
Il a fallu les différentier.
Les 2 Apôtres Simon ont eu les surnoms ou les qualificatifs de "Pierre" et "Zélote",
les 2 Apôtres Jacques "de Zébédée" et "d'Alphée", et donc
les 2 Apôtres Judas en ont eu aussi dès le début avec "Thaddée" et "Iscariote".
D'ailleurs, la Tradition identifiera ce 10e Apôtre sous le nom de Jude-Thaddée.

Note : Les consonances araméennes reprises en grec, latin puis français amenèrent certaines nuances.
Par exemple: Ieshoua sera traduit par Jésus ou Josué.
Iehouda donnera Judas ou Jude en français (pour marquer une différence avec Judas le traître.)

 

 

Les Evangiles nous donnent peu d'informations sur les douze. Tout au plus savons-nous que certains exerçaient le métier de pêcheurs sur la mer de Galilée, que certains étaient frères (Matthieu 4 :18-22), que Lévi était collecteur d'impôts (Marc 2 :14) ou que Pierre avait une belle-mère et était donc marié (Marc 2 :30).

Anne Catherine Emmerich nous permet d'en savoir beaucoup plus sur les douze. Aspect physique, âge, métier, lieux de résidence, liens de parenté ou facettes de leur personnalité vont nous être ainsi dévoilés tout au long de ses visions.

En préambule, voici ce qu'elle dit de l'appel des disciples dans la rédaction des Evangiles:
" Les Évangiles, ne devant pas contenir le récit de tout ce qui se passa entre Jésus et ses disciples, placent au commencement l'appel qu'il fit à quelques-uns d'entre eux, pour résumer toute la vocation de Pierre, d'André, de Jean et de Jacques; ensuite les écrivains sacrés font connaître un certain nombre de paraboles, de discours et de miracles, sans s'astreindre à l'ordre chronologique. " (VNSJC 2 p140)

Les Évangiles ne sont donc pas chronologiquement exacts. Les douze, d'abord disciples, se sont formés en tant que tels seulement pendant la deuxième année de la vie publique du Seigneur.

Voici des extraits des visions d'Anne Catherine concernant chacun des Apôtres.
Les illustrations sont extraites de "La Cène" de Léonard de Vinci , le choix des visages étant tout à fait arbitraire.

 

 

Pour mieux visualiser les liens de parenté unissant Jésus-Christ à certains de ses Apôtres voici l'arbre généalogique cliquez ici.

Si vous voulez me contacter !

 

1- Simon (Pierre)


Pierre, sa femme et ses enfants:

"Quand on suivait la route qui allait de Jérusalem à la rive occidentale du lac, on passait par Capharnaum avant d'arriver à Bethsaïde. Capharnaum n'était pas au bord même du lac, mais à quelque distance sur la rive occidentale d'une rivière qui s'y jetait ; en suivant la rivière de ce côté, on n'avait pas loin à aller pour arriver à Bethsaïde, qui n'était pas non plus tout au bord du lac. Il y avait plusieurs pêcheries sur le lac qui en cet endroit paraissait sujet à des débordements : on rencontrait aussi dans les intervalles des jardins, des champs et plusieurs ruisseaux qui se jetaient dans le lac. Avant d'arriver de Capharnaum à Bethsaïde, on trouvait le long du cours d'eau peu important une rangée de petites maisons qui formaient comme un village en avant de Bethsaïde. C'était là qu'était allé le père de Pierre avec sa nièce qui avait déjà demeuré avec lui à Capharnaum : André aussi y résida un certain temps, mais après son mariage, il habita Bethsaïde.

Pierre vécut trois ans dans le célibat ; ensuite il épousa la veuve d'un pêcheur du village voisin de Bethsaïde. Celle-ci ne pouvant plus diriger ses affaires à elle seule, vint habiter la maison paternelle de Pierre, tandis que Jonas, père de Pierre, alla occuper avec André et sa nièce la maison que quittait cette veuve. Je vis chez Pierre deux petits garçons et une jeune fille qui étaient des enfants amenés par sa femme. Quant à lui, il n'avait pas d'enfants. Pierre me raconta beaucoup de choses touchant la maladie de sa belle-mère ; il me dit qu'elle s'était entièrement remise entre les mains de Dieu auquel elle ne demandait rien. J'eus aussi une vision, ou je vis Jésus se rendre dans la maison de Pierre avec quelques disciples et la guérir." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)

"Je vis Jésus entrer dans la maison avec quelques disciples. Pierre entra avec lui. Je vis la femme de Pierre ; elle était plus âgée que lui : elle avait tout l'extérieur d'une Juive de l'ancien temps. Je ne vis pas Jésus aller près de la malade ; il marcha avec Pierre autour de la maison. Je vis les trois enfants courir près d'eux ; je vis aussi que les autres apôtres badinaient avec ces enfants et appelaient la petite fille Pétronille. J'eus une autre vision où il me fut montré comment cette Pétronille souffrit le martyre, après avoir très activement travaillé a propager le royaume de Jésus-Christ. Thècle, Agathe et elle ont été les plus héroïques d'entre les martyres. J'ai su cela dans une vision particulière." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)


Jésus le long de la mer de Galilée au tout début de sa vie publique :
" Je vis Jésus entrer seul, dans une pêcherie entourée d'une haie; elle était située auprès d'un lac sur lequel se trouvaient cinq barques. Les pêcheurs habitaient de petites cabanes sur le rivage. Pierre, à qui appartenait la pêcherie, se trouvait alors avec André dans l'une d'elles; Zébédée, avec Jacques et Jean, ses fils et plusieurs autres personnes, étaient dans les barques. Le beau-père de Pierre et trois de ses fils occupaient celles du milieu. " (VNSJC 1 p218, 219)

Guérison de Marie de Cléophas pendant la deuxième année de la vie publique du Seigneur :
" Le lendemain dès le matin, Jésus enseigna dans la synagogue, devant une multitude de peuple. Pendant ce temps, Marie de Cléophas allait si mal, que la sainte Vierge envoya prier Jésus de tout quitter pour la guérir; il partit, et vers midi il arriva à la maison de Pierre, qui est située près de la ville, et où se trouvaient la mère de Jésus, Maroni la veuve de Naïm, ainsi que les fils et les frères de la malade, les uns disciples de Jean, les autres de Jésus. Le plus affligé était Siméon, enfant de huit ans, né du troisième mariage de la malade avec le frère cadet du beau-père de Pierre, Jonas, mort six mois auparavant. " (VNSJC 2 p 149)

Jésus enseigne à Capharnaüm :
" Il faisait déjà nuit quand je vis le Sauveur retourner à la maison de sa mère avec ses disciples. Pendant qu'ils marchaient j'entendis leur conversation qui était toute simple et toute naturelle. Pierre parlait des intérêts de son ménage, il disait que ses longues absences lui avaient fait perdre bien des occasions de faire d'heureuses pêches; cependant, ajoutait-il, c'est un devoir de pourvoir à la subsistance de sa femme, de son enfant, et de sa belle-mère. […] J'entendis Jésus leur dire: " Le temps viendra où vous quitterez votre pêche pour prendre d'autres poissons. " " (VNSJC 1 p 488)

Prédication et innombrables guérisons à Capharnaüm :
" Pierre avait reçu nombre de malades dans sa maison: le Sauveur guérit plusieurs d'entre eux. Il avait dit à Pierre que le lendemain il devait quitter ses filets pour l'aider à pêcher des hommes, et il avait ajouté que bientôt il l'appellerait pour toujours. Pierre obéit, mais avec un certain trouble d'esprit. Il ne se jugeait pas digne de servir le Seigneur, et pensait que c'était chose au-dessus de sa portée. Il croyait, il reconnaissait les miracles, il donnait volontiers tout ce qu'il avait et faisait tout ce que lui ordonnait Jésus, mais il ne pouvait pas s'imaginer que telle pût être la vocation d'un homme privé d'instruction comme il l'était; de plus il avait une secrète inquiétude à l'endroit de ses propres affaires. Souvent aussi il lui était extrêmement pénible de s'entendre reprocher que lui, simple pêcheur, suivait partout le prophète et faisait de sa maison un rendez-vous d'hommes fanatiques et turbulents. Ces divers sentiments faisaient naître un combat dans son âme; il n'avait pas, il faut l'avouer, autant d'ardeur et d'enthousiasme qu'André et quelques autres. Il ne manquait ni de foi ni d'amour, mais il était humble, timide; il ne connaissait que son métier, il se serait estimé heureux de s'y adonner uniquement.
Jésus se rendit de la maison de Pierre à Bethsaïde. " (VNSJC 1 p516, 517)

Etablissement de l'Eglise après l'Ascension du Sauveur :
" Pierre, à cette époque, demeurait à Antioche, dont il occupa le siége pendant sept ans. Ce fut le 18 janvier de l'an 44 que Pierre arriva à Rome avec trois compagnons, deux disciples, Martial et Apollinaire, et un serviteur nommé Marcion. Il était allé d'Antioche à Jérusalem, où il y avait eu une persécution. Il s'était rendu de là à Naples et dans plusieurs endroits, puis enfin à Rome […]
Pierre est arrivé à l'âge de quatre-vingt-dix-neuf ans: il mourut l'an 69, occupa sept ans le siége d'Antioche et vingt-cinq ans celui de Rome. Il fut à Jérusalem en l'an 43: il alla de là à Rome et y fonda l'Eglise romaine. Il se rendit ensuite à Éphèse pour assister à la mort de Marie, puis il retourna à Rome en passant par Jérusalem. " (VNSJC 3 p492, 493)

Saint Simon Pierre et son frère saint André avaient une pêcherie au bord du lac à Bethsaïde. Le beau-père de Pierre y travaillait ainsi que ses fils. Pierre employait aussi Zébédée, et ses fils Jacques et Jean.
Finalement, quatre apôtres travaillaient ensemble.
Il est intéressant de noter que les familles des Apôtres Pierre et André étaient liées à celles de Jésus par le beau-père de Pierre. Son frère cadet, Jonas, était marié à Marie de Cléophas, elle-même nièce de la Vierge Marie.
Pierre avait environ soixante ans lorsque Jésus commença sa vie publique vers l'âge de trente ans.

 

2- André

Guérisons de Jésus à Bethsaïde :
" [Jésus] prêcha dans la synagogue de Bethsaïde [située à une lieue de Capharnaüm ] sur l'approche du royaume des cieux […] Quand le Seigneur eu terminé son instruction, il se dirigea avec ses disciples vers la maison d'André, où un repas était préparé. " (VNSJC 1 p 494)

"Quand ils eurent pris quelques rafraîchissements, Jésus alla avec eux tous à Bethsaïde dans la maison d'André où étaient la femme et la fille de celui-ci : il les salua et s'entretint avec elles. Il y eut là un repas frugal. Les disciples racontèrent leurs voyages et ce qui leur était arrivé. Dans quelques endroits on leur avait jeté des pierres, mais qui ne les avaient pas atteints. Il leur avait fallu quelquefois prendre la fuite, mais ils avaient toujours été miraculeusement préservés. Ils avaient aussi trouvé beaucoup de gens bien disposés, en avaient guéri, baptisé et instruit beaucoup. Jésus leur avait ordonné d'aller uniquement aux brebis égarées d'Israël : ils avaient donc recherché les Juifs qui se trouvaient dans les villes paiennes et n'avaient point eu de rapports avec les Gentils, sinon avec quelques-uns qui servaient chez des Juifs. Non loin de Gazer se trouve une ville avec des tours dont le nom est comme Gazora : André et ses disciples y étaient allés et avaient racheté plusieurs esclaves juifs. Ils avaient dépensé pour cela tout ce qu'ils avaient. Ils demandèrent à Jésus s'ils avaient bien fait, et il leur dit qu'il les approuvait. Gazora est une belle ville païenne : beaucoup de Juifs y sont restés après la captivité de Babylone." (http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume5/chapitr5.html)

"Lorsqu'André partit pour ses voyages apostoliques, sa femme habita d'abord à Béthanie : ensuite elle alla dans les environs d'Ephèse. mais cependant à une certaine distance de l'habitation de la sainte Vierge. Plus tard j'ai vu presque toujours les enfants des apôtres parmi les disciples et en général assistant les apôtres. André n'était pas proprement un pécheur comme son frère, il était plutôt l'administrateur d'une pêcherie qu'il tenait à ferme et sa maison était au centre de Bethsaïde, tandis que celle de Pierre était à l'extrémité de la ville tout au bord de l'eau." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)


Etablissement de l'Eglise après l'Ascension du Sauveur :
" André parcourut la Grèce et l'Asie, en faisant beaucoup de miracles. C'était un homme loyal et généreux, à l'air simple, droit et franc. Il était trapu et plus âgé que Pierre. Il avait la tête chauve, sauf quelques mèches de cheveux blancs de chaque côté. Il était marié et avait quatre enfants : deux garçons et deux filles; mais dès que le Seigneur l'eut appelé, il vécut dans une continence absolue. Ce fut le premier apôtre qui renonça à tout ce qu'il possédait, il le fit plus promptement et avec plus d'empressement que tous les autres. " (VNSJC3 page 493-494)

Saint André, le frère de Pierre était plus âgé que lui. Il avait donc plus de soixante ans lorsque Jésus commença sa vie publique. Il travaillait avec son frère à la pêcherie, et comme lui était marié et avait des enfants. C'est lui qui suivit Jésus le premier avec le plus d'empressement.

 

3- Jacques (le fils de Zébédée)

Parenté de Jacques-le-Majeur :
" Sobé, la sœur aînée d'Anne [mère de la Vierge Marie] avait épousé Salomon. Outre son fils Eliud, elle eut encore une fille, Marie Salomé, qui, mariée à Zébédée, fut mère des apôtres Jacques-le-Majeur et saint Jean." (VNSJC1 pages 12 & 13)

Jésus le long de la mer de Galilée au tout début de sa vie publique :
" Je vis Jésus entrer seul, dans une pêcherie entourée d'une haie; elle était située auprès d'un lac sur lequel se trouvaient cinq barques. Les pêcheurs habitaient de petites cabanes sur le rivage. Pierre, à qui appartenait la pêcherie, se trouvait alors avec André dans l'une d'elles; Zébédée, avec Jacques et Jean, ses fils et plusieurs autres personnes, étaient dans les barques. Le beau-père de Pierre et trois de ses fils occupaient celles du milieu. " (VNSJC 1 p218, 219)

Etablissement de l'Eglise après l'Ascension du Sauveur :
" Jacques le Majeur était grand; il avait de larges épaules, sans cependant être gros; il avait le teint blanc, les cheveux noirs et la barbe brunâtre. Il était tout à la fois grave et serein. Il fut un des premiers qui quittèrent Jérusalem, après que les apôtres se furent partagé le monde; et il se rendit en Espagne. Il resta environ quatre ans dans ce pays, et y fit plusieurs voyages. Il eut à surmonter beaucoup de difficultés et fut tourmenté de mille manières. " (VNSJC3 page 495)

"Jacques était grand, il avait les épaules larges sans être trapu, ses cheveux étaient noirs et sa barbe brune. Il avait le teint blanc, la physionomie grave et pourtant pleine de sérénité. Il était marié et vivait à Capharnaum, mais il n'avait pas d'enfants. Sa femme était une soeur de la veuve de Naïm et se réunit plus tard aux saintes femmes.

Jacques fut l'un des premiers apôtres qui quittèrent Jérusalem lorsqu'ils se furent partagé les contrées à évangéliser, et il se rendit en Espagne. Il resta un peu plus de quatre ans dans ce pays, fit pendant ce temps plusieurs voyages, rencontra infiniment d'obstacles, et éprouva des tribulations de toute espèce : il eut souvent à soutenir de rudes luttes, et disputa beaucoup avec les savants. Je vis plus d'une fois Marie lui venir miraculeusement en aide lorsqu'il l'invoqua dans ses tribulations. En allant de Jérusalem en Espagne, il passa par les îles grecques et par la Sicile, puis il longea longtemps par mer la côte d'Espagne jusqu'à un étroit passage assez semblable à celui qui est entre la France et l'Angleterre, et enfin, il débarqua à Gadès. Il y a là une presqu'île avec un promontoire de rochers. [...] Il se rendit ensuite à Rome, accompagné de deux disciples. Il en laissait derrière lui six ou sept qu'il avait chargés de continuer son oeuvre, leur promettant de revenir en Espagne. Dans son voyage, il passa à Marseille mais il ne vit pas Lazare ni les autres qui étaient plus avant dans l'intérieur du pays. Il continua son voyage par terre, suivant toujours les côtes dans la direction du midi, prêcha en divers endroits et fut mis en prison où il y resta six jours. Il fut ensuite emmené à Rome par des soldats, traduit devant un tribunal, puis remis en liberté. Ce voyage avait bien duré six mois.

[...] Je vis encore qu'ayant commencé à prêcher à Grenade, il y fut mis en prison avec tous ceux qui étaient devenus ses disciples. Il implora mentalement l'assistance de Marie qui alors était encore à Jérusalem, et un ange envoyé par elle vint le délivrer miraculeusement ainsi que tous ses disciples. Ce fut alors que Marie lui transmit par les anges l'ordre d'aller en Galice, d'y annoncer l'Evangile et de revenir ensuite à Jérusalem"

Martyre de Saint Jacques le Majeur :
" Saint Jacques fut d'abord placé sur un lieu élevé d'où l'on fit lecture de son jugement motivé. Puis on le fit asseoir sur une pierre à laquelle on attacha ses mains des deux côtés; on lui banda les yeux, et enfin on lui trancha la tête. Son martyre eut lieu huit ans après l'Ascension et longtemps avant la mort de la sainte Vierge. Jacques le Mineur, Matthieu, Nathanaël Khased et Natanaël le fiancé étaient alors à Jérusalem. " (VNSJC3 page 499)
"Jacques fut d'abord placé avec Josias sur une petite éminence : on proclama les crimes qui lui étaient imputés, et le jugement rendu contre lui. Ensuite il s'assit sur une pierre à laquelle ses mains étaient enchaînées des deux côtés ; on lui banda les yeux, et enfin on lui trancha la tête. Pendant ce temps, on avait renfermé Jacques le Mineur dans sa propre maison. Matthieu, Nathanaël Khased et Nathanaël le fiancé étaient alors à Jérusalem. Matthieu résidait à Béthanie. La maison de Lazare, ainsi que toutes ses autres propriétés en Judée, était depuis longtemps affectée à l'usage de la communauté chrétienne, mais les Juifs s'étaient emparés du château qui était dans la ville. Lors de l'exécution de Jacques, il y eut un soulèvement populaire, et beaucoup de gens se convertirent. Les disciples de Jacques voulaient avoir son corps, mais les Juifs se hâtèrent de le faire emporter par les soldats. Hérode mourut bientôt après à Césarée. Son ventre creva pendant une fête, comme il était sur un théâtre, en présence de tout le peuple ; on l'emporta dans une grande salle où était son trône, et qui pouvait contenir facilement cinq cents personnes. La rage et la douleur l'avaient jeté dans un accès de frénésie ; on ne peut dire à quel point il était dégoûtant à voir. On cacha sa mort pendant un certain temps. Je crois que Pierre ne revint à Jérusalem que plusieurs semaines après, et qu'il fut mis en prison. Plus tard, lorsque les disciples de Jacques réclamèrent son corps, les Juifs ne voulurent pas dire où il était, mais on le sut par un miracle, parce que deux malfaiteurs qu'ils avaient chargés de le porter dans un autre endroit a9n que ses disciples ne pussent pas découvrir où il se trouvait, se trouvèrent dans l'impossibilité de s'éloigner de là. Les disciples lui donnèrent la sépulture dans le voisinage de Jérusalem, mais pendant une persécution postérieure, ils l'enlevèrent secrètement et le transportèrent sur un navire qui les conduisit en Espagne. Parmi eux se trouvaient Ctésiphon, Joseph d'Arimathie et Saturnin. Celui-ci était déjà allé en Espagne précédemment, et il y avait prêché l'Evangile ; il portait toujours des vêtements de lin." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)


Saint Jacques le Majeur, frère de saint Jean, était apparenté à Jésus. Il travaillait avec son frère à la pêcherie de Pierre. Il évangélisa principalement l'Espagne. Ce fut le premier Apôtre martyr.

 

4- Jean (le frère de Jacques)

Parenté de Jean :
" Sobé, la sœur aînée d'Anne [mère de la Vierge Marie] avait épousé Salomon. Outre son fils Eliud, elle eut encore une fille, Marie Salomé, qui, mariée à Zébédée, fut mère des apôtres Jacques-le-Majeur et saint Jean." (VNSJC1 pages 12 & 13)

Jésus enseigne à Capharnaüm :
" Il faisait déjà nuit quand je vis le Sauveur retourner à la maison de sa mère avec ses disciples. Pendant qu'ils marchaient j'entendis leur conversation qui était toute simple et toute naturelle. Pierre parlait des intérêts de son ménage […] Jean répondit que lui et son frère Jacques devaient prendre soin de leurs parents, ce qui n'était pas moins important que de s'occuper d'une belle-mère. Les disciples égayaient quelque fois aussi leurs conversations par des plaisanteries. J'entendis Jésus leur dire: " Le temps viendra où vous quitterez votre pêche pour prendre d'autres poissons, " Jean parlait à Jésus avec une confiance filiale et d'une manière plus intime que les autres. Il était d'un dévouement sans bornes ; il ne s'inquiétait point et ne contredisait jamais ; on ne pouvait le voir sans l'aimer. " (VNSJC 1 p 488)

Etablissement de l'Eglise après l'Ascension du Sauveur :
"Bien des fois j'ai vu entrer chez [Marie, à Ephèse], ou en sortir, un homme que j'ai toujours pris pour saint Jean; mais ni à Jérusalem, ni ici il n'était longtemps de suite dans le voisinage: il allait et venait toujours. Il était vêtu autrement que du vivant du Seigneur: il portait une longue et large robe faite d'étoffe légère, d'un blanc grisâtre. Il était leste et d'une taille élancée; son visage était allongé et délicat; sa tête était nue, et ses longs cheveux blonds partagés derrière les oreilles. A côté des autres apôtres, son aspect doux et délicat lui donnait presque l'air d'une jeune vierge." (VNSJC3 pages 489)

"J'ai vu que Jean resta toujours près de Marie tant qu'elle vécut et ne la quitta jamais. C'était toujours lui qui lui donnait la sainte communion ; il faisait avec elle le chemin de la croix, la bénissait et recevait ensuite sa bénédiction : il était comme un fils pour Marie et par conséquent dans des rapports plus intimes avec elle qu'aucun des autres. Il conduisit Marie à Ephèse dans la cinquième année qui suivit la mort de Jésus-Christ. Jacques le Majeur a souffert le martyre huit ans environ après l'Ascension, mais Marie est morte beaucoup, plus tard. Elle est arrivée à un âge très avancé et Jacques le Majeur n'était pas présent à sa mort, je le vois maintenant bien clairement : il y avait à sa place un des anciens disciples." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)


Saint Jean, frère de saint Jacques le Majeur, était apparenté à Jésus. Comme le souligne les Evangiles, saint Jean communiquait plus intimement avec Jésus que les autres Apôtres. Il avait les traits fins et les cheveux longs et blonds. L'aspect physique de saint Jean, véhiculé par la Tradition, a inspiré le peintre Léonard de Vinci pour sa fresque de la Cène. Son apparence de "jeune vierge" a popularisé récemment une certaine confusion avec Marie Madeleine, exploité par Dan Brown dans le Da Vinci Code.

 

 

5- Philippe

Jésus appelle à lui Pierre, Philippe et Nathanaël :
" Je m'aperçus que, quand le Sauveur parcourait les environs, André restait au logis et écrivait des lettres, avec un roseau, sur des bandes d'écorce, et les envoyait à Philippe, à son demi-frère Jonathan, à Pierre et aux autres disciples qui se trouvaient à Gennabris. Il leur faisait aussi savoir que Jésus serait à Capharnaüm le jour du sabbat, et il les engageait à l'y rejoindre. " (VNSJC 1 p 351)

" Pierre objecta qu'il ne pouvait pas abandonner son vieux beau-père (oncle de Philippe). Jésus résolut toutes leur difficultés, en déclarant de nouveau qu'il ne ferait rien avant les fêtes de Pâques. " (VNSJC 1 p 354)

Martyre de Saint Philippe :
Dans les visions d'Anne Catherine, il ne se trouve que peu de révélations particulières concernant Philippe.
Je citerai donc Jacques de Voragine : " Isidore nous dit, dans son livre sur l'origine, la vie et la mort des saints : " Philippe le Galiléen prêcha le Christ, convertit à la foi les nations barbares des bords de l'océan, et fut enfin crucifié, lapidé, et mis à mort, à Hierapolis, dans la province de Phrygie, où il repose entre ses deux filles. " " (La légende dorée, Editions du Seuil, 1998 p249, 250)

On sait peu de choses sur saint Philippe si ce n'est qu'il était parent de saint Pierre. Si l'on en croit "Isidore" saint Philippe a été marié et avait (au moins) deux filles.

 

 

6- Barthélemy


" Barthélemy demeurait à Dabbeseth, tout près de Ptolémaïs ; il était scribe. Je vis plus tard sa rencontre avec Thomas ; il lui parla de Jésus et le disposa en sa faveur. " (VNSJC 1 p 414)

Etablissement de l'Eglise après l'Ascension du Sauveur :
" Barthélemy, ancien Essénien, était un bel homme: il avait le front élevé, le teint blanc, de grands yeux, des cheveux noirs frisés et une barbe fourchue. Il était bien fait, et de tous les apôtres c'était celui qui avait le plus d'aisance et de distinction dans les manières. Il y avait dans toute sa personne je ne sais quoi de bienséant, de noble et de gracieux; il était leste, se tenait très droit et avait tout à fait l'air d'un gentilhomme. Les autres, particulièrement Pierre et André, avaient, au commencement surtout, quelque chose d'embarrassé dans leurs manières.
Après la séparation des apôtres, je le vis à l'extrémité orientale de l'Inde, dans ce pays dont les habitants ont une si grande vénération pour leurs parents. " (VNSJC 3 p 506)

"Gessur est une grande et belle ville ; il y a une garnison de soldats romains. Les païens et les Juifs y habitent des quartiers séparés, mais pourtant ils sont en rapports très intimes et très familiers, ce qui fait que les Juifs d'ici sont fort méprisés des autres Juifs [...] Absalon séjourna ici un certain temps pour fuir la colère de David ; sa mère Maacha était fille d'un roi de ce pays appelé Tholmaï (1. Paralip., III, 2.) L'apôtre Barthélémy, qui est venu avec Jésus, descend de la famille de ce roi. Son père avait eu besoin de suivre un long traitement aux eaux de Béthulie : cela l'avait déterminé à aller résider à Cana, et plus tard il avait acheté du bien dans la vallée de Zabulon. C'était ainsi que Barthélémy était devenu habitant de ce pays." (http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume4/chapit10.html)

"Son père s'appelait Tholmaï et descendait d'un autre Tholmaï, roi de Gessur, dont David avait épousé la fille. Il habitait sur le territoire de Gessur où il avait de grandes propriétés et de nombreux troupeaux. Ce pays étant malsain, Tholmaï dont la santé était altérée, alla à Cana en Galilée où il avait un frère marié à la tante de Nathanael (le fiancé de Cana). Il y fit un long séjour et fit usage des bains qui sont dans les environs : plus tard, il vendit les biens qu'il avait près de Gessur et s'établit dans la vallée de Zabulon où habitait un frère aîné de saint Joseph, nommé Sadoch : c'était un homme pieux qui avait deux fils et deux filles. Je crois que ce furent des motifs religieux et son amitié pour Sadoch qui attirèrent là Tholmaï. Les enfants de Sadoch étaient en relation avec la sainte Famille et lorsqu'on perdit Jésus à Jérusalem, ils furent de ceux parmi lesquels Marie et Joseph le cherchèrent. Je vis souvent les fils avec Jésus pendant sa jeunesse. Barthélémy entendit parler de Jésus de bonne heure, comme d'un jeune homme remarquable par sa sainteté et ses rares qualités. Lorsque le Seigneur commença sa carrière de prédication, Barthélémy se sentit plus d'une fois intérieurement attiré vers Jésus, à tel point qu'un jour étant occupé avec son père à cultiver son verger, il interrompit tout à coup son travail et se tourna en soupirant vers l'endroit où Jésus se trouvait alors avec ses disciples. Son père l'interrogea à ce sujet et il répondit qu'il aspirait à aller trouver le maître qui enseignait dans cet endroit. Son père était un homme excellent et il ne fit point d'objection : il fut même si satisfait de ce que son fils lui rapporta de Jésus et du désir qu'il témoignait de le suivre qu'à la Pâque suivante, il conduisit dix agneaux au Temple. Barthélémy alla avec son père à Jérusalem, mais il n'y vit pas encore Jésus. [...] Une autre fois je vis Luc s'arrêter à Dabbeseth chez Barthélémy ; il y enceignît et ils parlèrent ensemble de Jésus (tome I, page 331). Barthélémy avait là un emploi de scribe : une proche parente de son père ou de sa mère tenait son ménage. Ses fonctions l'avaient mis en rapports fréquents avec Nathanael Thomas et Simon le Chananéen. Lorsque Jésus, avant la première Pâque, ayant déjà sept ou huit apôtres avec lui, alla dans un endroit peu éloigné de Dabbeseth, pour y prêcher dans la synagogue, Philippe, Nathanaël et Simon se séparèrent de lui sur le chemin et se rendirent à Dabbeseth. Ils visitèrent Barthélémy qu'ils engagèrent à venir avec eux pour voir les miracles qu'opérait leur maître et l'entendre prêcher, et il les suivit. Jésus traversait alors un pays boisé et l'on avait placé sous des tentes à droite et à gauche du chemin de longues rangées de malades dont il guérit un très grand nombre en passant devant eux. Barthélémy vit ces miracles, il assista aussi à l'instruction que Jésus fit dans l'école : toutefois il ne lui parla pas encore et ne resta pas près de lui, mais retourna à Dabbeseth [...]

Un jour, Jésus étant venu dans la contrée de Dabbeseth, entra chez Barthélémy et l'admit au nombre de ses apôtres. Il lui donna sa bénédiction et lui imposa les mains.

Barthélemy quitta aussitôt son emploi qu'il transmit an frère de sa parente, et suivit Jésus. Il reçut le nom de Barthélemy parce que Jésus l'appelait toujours le fils de Tholmaï [bar Tholmaï]. Le nom qu'il portait auparavant était celui d'une des douze tribus d'Israel : il s'appelait Nephthali. Je crois qu'il fut le neuvième parmi les apôtres : car Matthieu, Thomas et Judas ne furent appelés qu'après lui.
Lorsque les apôtres et les disciples se dispersèrent après l'arrestation de Jésus, Barthélemy se réfugia chez son père: il avait perdu sa mère. Après la séparation des apôtres, je l'ai vu d'abord à l'extrémité orientale de l'Inde, dans ce pays dont les habitants ont un si grand respect pour leurs parents. ils l'appelaient leur père et l'avaient accueilli avec la plus grande bienveillance. Il convertit un très- grand nombre de personnes et laissa derrière lui des dis-ciples. il passa ensuite par le Japon où Thomas est allé aussi : cependant celui ci s'avança plus au nord dans l'Inde. Barthélemy traversa ensuite l'Arabie et passa de l'autre côté de la mer Rouge en Abyssinie où il convertit le roi du pays." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)

Nephthali surnommé Barthélemy, ancien Essénien, était semble-t-il scribe. Il était donc plus instruit que les pêcheurs galiléens du groupe des douze.

 

 

7- Thomas


"Les parents de Thomas demeuraient à Aphéké, ville située au bord d'une petite rivière entre Legio et Jezraël.

Les trois villes, par leur situation respective, figuraient comme une feuille de trèfle. Aphéké était traversée par une grande route sur laquelle passaient les marchands avec leurs chameaux. Le père de Thomas faisait le commerce et avait des intérêts dans la navigation des côtes de la mer Méditerranée ; il envoyait au loin par cette voie les marchandises qu'il achetait aux caravanes. Thomas avait un frère jumeau, et leur mère était morte en les mettant au monde. Leur père se remaria et ce second mariage donna à Thomas une soeur et deux frères. Après la mort du père, la veuve prit un autre époux. Ce nouveau ménage était encore fort jeune, et Thomas fut confié à un frère de son père qui faisait partie d'une secte et qui l'éleva durement. Par suite du commerce que faisaient ses parents et ses alliés, Thomas entra de bonne heure en rapport avec des étrangers, il se familiarisa avec Leurs usages et avec leurs langues, et c'est peut-être pour cela qu'il fut plus tard envoyé dans les contrées si lointaines de l'Inde. Son éducation lui avait donné beaucoup de confiance en lui-même et il voulait avoir des preuves sur toutes choses. Il changea souvent de profession ; il s'occupa de navigation, de commerce, et se livra aussi à la pêche sur la mer de Galilée, où il entra pour la première fois en rapport avec ceux qui devaient être dans la suite ses collègues dans l'apostolat. Plus tard, il commença a étudier à Saphet diverses branches des sciences enseignées en Judée, et il fréquenta les écoles des Pharisiens sans devenir Pharisien lui-même. Il mena ensuite une vie errante, résida tantôt chez lui, tantôt chez Barthélemy et chez Nathanaël, lesquels, à ce que je crois, lui procurèrent un emploi de scribe.

Thomas avait environ trois ans de plus que Jésus. Le Seigneur étant allé au temple vers sa vingtième année, Thomas y alla de son côté et vit Jésus sans pourtant lui parler. Ce voyage fut l'occasion d'un changement dans sa manière d'être, car Thomas entra alors en relations assez intimes avec Jacques le Mineur qui était Essénien et remarquable par sa piété : celui-ci lui raconta beaucoup de choses touchant Jésus, ce qui le porta à une vie plus sérieuse et plus pieuse. Lorsque Jésus atteignit sa trentième année, Thomas résidait à Arimathie où il exerçait un emploi de scribe : il entendit parler de Jésus et de Jean, toutefois il ne crut pas tout d'abord [...]

Thomas avait une demi soeur qui s'appelait Lysia. Son frère aîné (lui-même était le cadet de deux jumeaux) faisait le commerce à Joppé : Pierre, lors du séjour qu'il fit dans celle ville après l'Ascension, le décida à se joindre à la communauté chrétienne ; il y réussit surtout en lui racontant l'incrédulité de Thomas et ce qui en avait été la suite. Après la mort du Sauveur, Thomas avait passé quelque temps dans sa famille : il fit de même avant son départ pour l'Inde.

Le frère de Thomas était un homme de grande taille ; il alla avec Pierre à Damas. Lysia ne se convertit qu'à l'époque du martyre d'Etienne. C'était une riche veuve : elle donna son bien à la communauté et se réunit aux saintes femmes à Jérusalem. Plus tard ses deux fils furent du nombre des disciples." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)

Contestation des pharisiens de Saphet :
" Il y avait à Saphet beaucoup de pharisiens, de saducéens, de scribes et de lévites. La ville possédait une école de la loi, où un grand nombre de jeunes gens étudiaient les arts libéraux et la théologie judaïque. Thomas avait étudié dans cette école deux ans auparavant, et il alla visiter l'un de ses anciens professeurs, pharisien, qui s'étonna de le trouver dans une telle compagnie. Mais Thomas parla avec tant d'ardeur de la doctrine et des œuvres de Jésus, qu'il le réduisit au silence. " (VNSJC 2 p 198)


Etablissement de l'Eglise après l'Ascension du Sauveur :
" Thomas avait la taille ramassée et les cheveux d'un brun cuivré. Avant la séparation définitive des apôtres, il avait déjà évangélisé le pays de Cédar et celui des rois mages, où il arriva, trois ans après le voyage de Notre-Seigneur dans cette contrée, avec l'apôtre Thaddée et les disciples César et Sylvain, fils du centurion de Giscala. " (VNSJC 3 p 509)

Etablissement de l'Eglise par Thomas dans le monde :
" Après avoir baptisé les rois mages, Thomas était allé en Bactriane, au Thibet, en Chine, et jusqu'à l'extrême nord, aujourd'hui soumis à la Russie: ce fut de là qu'il vint assister à la mort de la sainte Vierge. De la Palestine il se rendit alors en Italie, puis il traversa une partie de l'Allemagne, de la Suisse et de la France, passa en Afrique, où il parcourut l'Abyssinie et l'Éthiopie, et arriva à Socotora. De là il se rendit dans l'Inde et à Méliapour, où un ange le tira de prison; puis il vint par la Chine jusqu'aux frontières de la Russie d'Asie. Enfin il se rendit dans l'île la plus septentrionale du Japon, au milieu de laquelle s'étend une chaîne de montagnes très élevées.
Ce ne fut qu'à contre-cœur que Thomas se décida à se rendre dans l'Inde. " (VNSJC 3 p 544, 545)

" Thomas mourut à l'âge de quatre-vingt-treize ans. Il était très maigre, avait le teint basané et les cheveux rougeâtres. Au moment de sa mort, le Seigneur lui apparut, et lui dit qu'il siégerait à ses côtés au jour du jugement. " (VNSJC 3 p 549)

Saint Thomas était un infatigable voyageur. Ayant étudié à l'école théologique de Saphet, comme Barthélemy il était plus instruit que les pêcheurs galiléens du groupe des douze.

 

 

8- Matthieu (Lévi)

Jésus le long de la mer de Galilée au tout début de sa vie publique :
"En poursuivant sa route, [Jésus] rencontra six hommes qui venaient de recevoir le baptême de Jean, au nombre desquels était Lévi nommé plus tard Matthieu. " (p 218 VNSJC 1)

Vocation de saint Matthieu :
" Mais Jésus lui répondit: " Matthieu, lève-toi et suis-moi. " Et, se levant, il s'écria qu'il abandonnerait tout avec joie et qu'il le suivrait sur-le-champ ; puis il alla avec Jésus à l'endroit où les disciples s'étaient arrêtés. Ceux-ci le saluèrent et lui donnèrent la main. Thaddée, Simon et Jacques le Mineur manifestèrent surtout leur joie: ils étaient ses frères par leur père Alphée, qui, avant son mariage avec Marie fille de Cléophas, avait eu Matthieu d'une première femme. Il les invita tous à être ses hôtes; mais Jésus répondit qu'ils viendraient le lendemain dîner chez lui, et ils s'en allèrent.

Matthieu se hâta de retourner de son bureau à sa maison, située à un quart de lieue du lac, dans un enfoncement de la colline. Il chargea un homme de la barque de Pierre d'exercer ses fonctions jusqu'à nouvel ordre. Puis il raconta à sa femme le bonheur qui lui était arrivé et la résolution qu'il avait prise de tout quitter pour suivre désormais Jésus; elle partagea sa joie […]. Matthieu était de l'âge de Pierre. C'était un homme épais, musculeux, à la barbe et aux cheveux noirs. Depuis qu'il avait rencontré Jésus sur le chemin de Sillon, il avait été baptisé par Jean et s'était conduit de la manière la plus consciencieuse. " (VNSJC 2 p 137)

" Matthieu reçut le Sauveur et les siens avec beaucoup d'amour et d'humilité, et il leur lava les pieds: ses demi-frères l'embrassèrent cordialement. Il présenta à Jésus sa femme et ses quatre enfants." (Joël Magny, La parenté de Jésus pages 116-117)

Lévi, surnommé plus tard Matthieu, avait le même âge que Pierre. Lui aussi était âgé, marié et avait des enfants. Matthieu était apparenté à Jésus par l'union de son père, Alphée, avec Marie de Cléophas, nièce de la Vierge Marie. Il était le demi-frère des Apôtres Thaddée, Simon et Jacques le Mineur.

 

 

9- Jacques (le [fils] d'Alphée)


Les enfants de Marie de Cléophas :

" Marie de Cléophas - c'était une femme belle, aux allures distinguées - était venue lui parler de ses cinq fils, et le prier de les prendre avec lui. L'un d'entre eux […] s'appelait Simon ; deux autres étaient pêcheurs: c'étaient Jacques le mineur et Jude-Thaddée. Ils étaient nés de son premier mariage avec Alphée. […] Joseph Barsabé, qu'elle avait eu de son second mari Sabas, était aussi pêcheur; enfin elle avait un fils encore jeune, nommé Siméon, né de son union avec le pêcheur Jonas." (Joël Magny, La parenté de Jésus page 145)

Prédication de Jésus sur la montagne voisine d'Adama :
" Dans un repas, quelques-uns des principaux habitants d'Adama, voulant surprendre Jésus, lui demandèrent ce qu'il pensait des Esséniens; car ils croyaient avoir remarqué quelque ressemblance entre sa doctrine et la leur, et Jacques le Mineur, son parent, qui était avec lui, appartenait aux Esséniens. Ils blâmèrent leurs opinions sur la continence et sur le célibat. Le Sauveur, sans entrer dans aucuns détails, répondit qu'il n'y avait pas lieu de leur faire de reproches; qu'au contraire, si telle était leur vocation, il fallait les louer de la suivre, ajoutant que chacun avait la sienne, et que si, par exemple, un boiteux voulait marcher droit, cela ne lui réussirait pas et ne lui siérait nullement. Enfin, pour réfuter l'accusation portée contre les Esséniens de ne plus laisser de postérité, le Sauveur cita beaucoup de leurs familles très nombreuses, et fit l'éloge de la bonne éducation qu'ils donnaient à leurs enfants. Il s'étendit aussi sur la bonne et la mauvaise propagation des races. Comme à cet égard il ne se prononça ni pour ni contre les Esséniens, ils ne le comprirent pas. " (VNSJC 1 p 431)

" J'ai oublié où se trouvait Jacques le Mineur. Il était très beau, et ressemblait beaucoup à Jésus; aussi aimait-on à l'appeler le frère du Seigneur. " (VNSJC3 page 517)

"Jacques le Mineur fut martyrisé plusieurs années après Jacques le Majeur. Je le vis sept jours de suite traîné devant le tribunal et chaque fois on l'accabla de mauvais traitements pendant une heure. Après avoir été précipité du haut du temple, il fut encore lapidé et achevé à coups de bâton. Il était évêque de Jérusalem. " ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)

Saint Jacques le Mineur, apparenté à Jésus, lui ressemblait beaucoup. Il était essénien et probablement n'était pas marié.

 

 

10- Thaddée (ou Judas)


Les enfants de Marie de Cléophas :

" Marie de Cléophas […] était venue lui parler de ses cinq fils, et le prier de les prendre avec lui. L'un d'entre eux […] s'appelait Simon; deux autres étaient pécheurs: c'étaient Jacques le mineur et Jude-Thaddée. Ils étaient nés de son premier mariage avec Alphée." (Joël Magny, La parenté de Jésus page 145)

Etablissement de l'Eglise après l'Ascension du Sauveur :
" Thaddée et Silas traversèrent l'Arabie, et pénétrèrent en Egypte. Je vis aussi l'apôtre chez des noirs: je crois que c'était en Afrique, dans les montagnes de la Lune. Les habitants d'une ville de cette contrée lui étaient tellement attachés, qu'ils le tirèrent par force d'une prison où il avait été jeté par les magistrats; un de ses disciples mourut dans cette prison." (VNSJC 3 p 511)

Le voile de Véronique :
" [Véronique revint à Jérusalem ] Elle fut prise et enfermée dans un cachot, où elle mourut de faim pour le nom de Jésus, à qui elle avait si souvent donné la nourriture corporelle. J'ai vu aussi comment, après la mort de Véronique , le voile passa aux saintes femmes, puis à Edesse, où le porta le disciple Thaddée, et enfin à Contantinople. " (VNSJC 3 p 480, 481)

Saint Jude-Thaddée, apparenté à Jésus, était le frère de Saint Jacques le Mineur, de saint Simon et le demi-frère de saint Matthieu. Il était pêcheur.

 

11- Simon (le Cananéen ou le Zélote)


Les enfants de Marie de Cléophas :

" Marie de Cléophas […] était venue lui parler de ses cinq fils, et le prier de les prendre avec lui. L'un d'entre eux était écrivain et, si je ne me trompe, servait d'arbitre dans les procès; il s'appelait Simon." (Joël Magny, La parenté de Jésus page 145)


" Mais Jésus lui répondit: " Matthieu, lève-toi et suis-moi. " Et, se levant, il s'écria qu'il abandonnerait tout avec joie et qu'il le suivrait sur-le-champ ; puis il alla avec Jésus à l'endroit où les disciples s'étaient arrêtés. Ceux-ci le saluèrent et lui donnèrent la main. Thaddée, Simon et Jacques le Mineur manifestèrent surtout leur joie: ils étaient ses frères par leur père Alphée, qui, avant son mariage avec Marie fille de Cléophas, avait eu Matthieu d'une première femme. " (VNSJC 2 p 137)

"Le père de Marie de Cléophas s'appelait Cléophas ; son mari Alphée. Ses fils, Simon, Jude Thaddée, Jacques le Mineur et José Barsabas n'avaient point été compagnons d'enfance de Jésus, parce qu'ils n'habitaient pas la même ville que lui. Ils le connaissaient bien et l'avaient vu plus d'une fois lors des visites que se rendaient les parents.` Les compagnons d'enfance de Jésus étaient presque tous de Nazareth et ne lui restèrent pas fidèles pour la plupart.
Simon le zélé avait un emploi au tribunal de Tibériade l'ardeur avec laquelle il exerçait ses fonctions lui avait fait donner le nom de zélé (Chananéen). Je l'ai vu dans ce tribunal lorsque le Seigneur enseigna à Tibériade : son frère Jacques le Mineur entra et l'appela pour qu'il vînt voir le Seigneur. Il ne revint pas reprendre son poste, mais il quitta tout sur-le-champ et suivit le Seigneur : Je vis un autre prendre sa place." ( http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit14.html)

Saint Simon, apparenté à Jésus, était le frère de Saint Jacques le Mineur, de saint Jude-Thaddée et le demi-frère de saint Matthieu. Ecrivain ou avocat, il était plus instruit que les pêcheurs galiléens du groupe des douze.

 

12- Judas Iscarioth


" Judas Iscariote, âgé alors d'environ vingt-cinq ans, était de taille moyenne et d'assez bonne mine; il avait les cheveux très noirs et la barbe roussâtre, s'habillait avec soin et avec plus d'élégance que le commun des Juifs; il était grand parleur, serviable et se donnant des airs d'importance. " (VNSJC 2 page 53)

Une page sur ce site lui est particulièrement consacrée depuis la publication en 2006, de "son évangile" : l'Evangile de Judas.
La publication de ce texte s'est accompagnée d'un battage médiatique tonitruant dans les journaux télévisés et à travers de nombreuses revues.

Cliquez ici

 

 

 

CONCLUSIONS

La révélation la plus étonnante que fait Anne Catherine, c'est de dévoiler que Jésus avait des liens de parenté avec plusieurs de ses Apôtres.

De plus des liens de famille réunissaient aussi des Apôtres.

1- Simon (Pierre), pêcheur
2- André (son frère)
, pêcheur

3- Jacques (fils de Zébédée), pêcheur
4- Jean (son frère)
, pêcheur
5- Philippe
6- Barthélemy, ancien Essénien et scribe
7- Thomas

8- Matthieu (Lévi le publicain), collecteur d'impôts
9- Jacques ([fils] d'Alphée), pêcheur
10- Thaddée
, pêcheur
11- Simon (le Cananéen)
, écrivain ou avocat
12- Judas l'Iscariote

Seuls trois Apôtres sont totalement sans lien avec Jésus. Les neuf autres sont plus ou moins apparentés à Jésus.

 

 

Jésus a-t-il eu des frères et des sœurs ?

Pour en savoir plus cliquez ici

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Gabriel von Max (1885)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)