QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

MATTHIEU 24:42-51
"Tenez-vous donc prêts"

 

 

Evangile : Discours sur la venue du Fils de l'homme :
être vigilants comme de bons serviteurs
Mt 24, 42-51
Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus parlait à ses disciples de sa venue :
« Veillez, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra.
Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra.
Quel est donc le serviteur fidèle et sensé à qui le maître de maison a confié la charge de son personnel pour lui donner la nourriture en temps voulu ?
Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail !
Amen, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si ce mauvais serviteur se dit : 'Mon maître s'attarde',
et s'il se met à frapper ses compagnons, s'il mange et boit avec les ivrognes,
son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue :
il se séparera de lui et le mettra parmi les hypocrites ; là il y aura des pleurs et des grincements de dents. »



(http://www.forumreligioncatholique.com/textes-de-la-messe-de-ce-jour-f25/jeudi-26-aout-2010-textes-de-la-messe-de-ce-jour-t8997.htm)

 

"LE PROJET D'AMOUR
Si Dieu était un grand surveillant général, cela engendrerait une relation d'asservissement, où l'homme, condamné à " obéir ", profiterait de toutes les occasions pour prendre du bon temps en attendant que le surveillant passe. Bien sûr, il n'en est pas ainsi! C'est le projet d'amour du Maître -et non sa venue imminente - qui mobilise notre être et notre fidélité. Que l'on sente sa présence ou pas, il est urgent de servir son projet par la vie la plus cohérente possible. Saint Paul nous rappelle d'ailleurs que Dieu nous " fera tenir solidement jusqu'au bout".
Sœur Véronique Thiébaut
" (Prions en Eglise Août 2010 - jeudi 26 août 2010)

 

 

'MON MAITRE S'ATTARDE'

A notre époque il est mal venu de donner de Dieu l'image d'un "grand surveillant général" qui condamnerait l'homme à "obéir". Pourtant dans la parabole de l'intendant fidèle, Jésus Christ nous dit en conclusion :
" Cet esclave qui, connaissant la volonté de son seigneur, n'aura rien préparé ou fait conformément à sa volonté, recevra un grand nombre de coups ; quant à celui qui, sans la connaître, aura par sa conduite mérité des coups, il n'en recevra que peu […] " (Luc 12 :47,48 - Osty)
On a bien des comptes à rendre en fonction de notre responsabilité. Le châtiment est proportionnel à notre responsabilité, suivant notre conscience ou la connaissance des enseignements de Dieu. Se mobiliser pour "le projet d'amour du Maître" réclame un certain comportement.

"Le Maître" nous "regarde". N'oublions pas les paroles même de Jésus : "Est-ce que deux moineaux ne se vendent pas un as ? Et pas un d'entre eux ne tombera à terre sans [la permission de] votre Père. Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés." (Matthieu 10:29-30 - Osty)

Depuis près de 2000 ans le "maître s'attarde". Les contemporains de Jésus comme des Apôtres sont morts avant Son retour (Sa "parousie"). Le "surveillant" tarde à passer. A qui s'adresse cette parabole ? Seulement à ceux qui seront encore vivant à la fin du monde ? Ou doit-on se focaliser sur "le projet d'amour du Maître -et non sa venue imminente " comme nous le propose sœur Thiébaut ?

Anne Catherine va, peut-être, nous permettre d'y voir plus clair.

 

 

 

Au fil des centaines de pages relatant ses visions, Anne Catherine Emmerich (1774-1824), mystique stigmatisée, dévoile en toute simplicité les évènements qui jalonnent la vie de Jésus-Christ et de ses contemporains. Elle ajoute aux récits des Evangiles beaucoup de détails inconnus jusque là.

 

Les serviteurs paresseux

" Il y avait à Cédar une affluence extraordinairement nombreuse : on s'y pressait comme à Coesfeld le jour de la Pentecôte. Je vis Jésus guérir en public plusieurs malades : il se bornait à leur dire en passant près de l'endroit où ils étaient couchés : " Levez-vous et suivez-moi ". Aussitôt ils se levaient pleins de santé. L'étonnement et l'admiration étaient au comble, au point que si Jésus ne s'était pas retiré à l'écart, la joie aurait produit un soulèvement dans tout le pays. Jésus fit une exhortation au peuple et le convoqua pour le soir à la synagogue.

Nazor le ressuscité et sa femme n'étaient pas ici. Nazor, après son retour à la vie, avait été pris d'une maladie occasionnée par le repentir et par la commotion violente que son âme avait rapportée dans son corps. Du reste le Seigneur avait fait connaître à sa femme l'état de l'âme de son mari.

17 novembre.-- Aujourd'hui à midi je vis Jésus dans une maison de Cédar s'entretenir avec Salathiel et sa femme touchant l'état du mariage [...]

Le soir d'avant le sabbat Jésus s'entretint avec le prépose de la synagogue, qui s'appelait aussi Nazor et qui était parent du ressuscité : il lui parla de Tobie dont l'un et l'autre étaient descendants et rappela toutes les voies par lesquelles ce saint homme avait été conduit J'ai eu à cette occasion une vision sur toute l'histoire de Tobie mais je l'ai oubliée. Les descendants de Tobie et de Ruth. qui habitaient ici, se distinguaient des rejetons d'Ismael par leur bonté, leur régularité et leur douceur.

18 novembre.-- Pendant tout le sabbat le Seigneur fit une grande instruction sur la vigne, sur le mur et la haie dont il faut l'entourer, sur le champ de blé, sur le pain et le vin, sur l'arche d'alliance, sur une vierge choisie entre toutes, sur le petit grain de blé qui n'était autre que lui-même et qu'il devait être enfoui dans la terre et ressusciter. Ils ne comprirent pas le sens de ses paroles. Il dit qu'ils devaient marcher à sa suite, non sur ces chemins de peu d'étendue qu'ils voyaient, mais sur la longue route qui aboutit au jugement. Il parla de la résurrection des morts et du jugement dernier et leur recommanda de veiller. Il raconta des paraboles sur les serviteurs paresseux, dit que le jugement viendrait comme le voleur de nuit, que la mort venait à toute heure. Eux, les Ismaélites, étaient ces serviteurs : il fallait qu'ils fussent fidèles." (http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume5/chapitr8.html)

 

 

 

Quand Jésus nous enseigne "Tenez-vous donc prêts" ce n'est pas pour Son retour à la fin des temps mais pour notre mort. Selon Anne Catherine, Jésus ajoute dans son enseignement à Cédar que "le jugement viendrait comme le voleur de nuit, que la mort venait à toute heure.".

Il ne faut donc pas être paresseux et se dire que l'on aura toujours le temps plus tard. La mort peut surgir à tout instant. D'ailleurs Jésus nous en donne une illustration éclatante dans cette parabole où les projets de l'homme riche vont être stoppés net:
" 16 Il leur dit cette parabole: ''Il y avait un homme riche dont les terres avaient beaucoup rapporté.17 Et il se demandait: Que vais-je faire ? car je n'ai pas où ramasser ma récolte. 18 Et il dit : Voici ce que je vais faire: j'abattrai mes granges et j'en bâtirai de plus grandes, et j'y ramasserai tout mon blé et mes biens, 19 et dirai à mon âme: Mon âme, tu as là beaucoup de biens pour beaucoup d'années : repose-toi mange, bois, fais la fête. 20 Mais Dieu lui dit : Sot! cette nuit même on va te redemander ton âme. Et ce que tu as préparé, qui l'aura? 21 Ainsi en est-il de celui qui thésaurise pour lui-même au lieu de s'enrichir en vue de Dieu.'' " (Luc 12 :16-21 - Osty) )

 

 

 

D'autres informations complémentaires sur ce site:

LA MORT DANS LA BIBLE

L'AU-DELA VU PAR ANNE CATHERINE EMMERICH

 

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Thomas Jessen, artiste-illustrateur du livre de Friedrich-Wilhelm Hemann (Spuren. Anna Katharia Emmerick, Dülmen : Heimatverein, 2004)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)