QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

Jérusalem au temps de Jésus : 6- LE TRIBUNAL DE CAIPHE

 

Matthieu 26: 57-59 "Ceux qui avaient arrêté Jésus l'emmenèrent chez Caïphe le grand prêtre, où les scribes et les anciens s'étaient rassemblés. Pierre le suivait de loin jusqu'à la cour du grand prêtre et, entré à l'intérieur, il s'assit avec les gardes, pour voir comment cela finirait." (Osty)

 

"Le touriste ou le pèlerin qui arrive à Jérusalem aujourd'hui ne peut pas reconnaître la Ville que Jésus a connue. Vingt siècles ont passé, avec bien des destructions et des transformations. Les récits des Evangiles ont suscité chez le lecteur des images que l'état actuel des lieux bouscule et anéantit. C'est un choc. Un choc à surmonter pour chercher à comprendre ce qui s'est passé, pour faire la part des choses: l'archéologie et l'histoire d'un côté et les sources littéraires de l'autre. Elles ont chacune leur importance." (Philippe Gruson, Institut catholique de Paris, Le Monde de la Bible, Sur les pas de Jésus 2 Jérusalem, Bayard 2005)

Itinéraire de la Passion

"Ligoté, Jésus est emmené au palais de Caiphe qui, selon la tradition du IVe siècle, se trouvait sur la haute colline de l'ouest, dans la zone où fut aussi localisé le Cénacle. Jésus aurait donc refait en sens inverse le chemin qu'il avait emprunté pour se rendre à Gethsémani. Les témoignages concernant le palais de Caiphe sont flous et l'archéologie n'a pas apporté de réponse décisive. Deux sites sont en compétition, distants de 300 mètres. L`un, sur le flanc oriental du mont Sion, ou l'on a dégagé les vestiges d”un sanctuaire et d'un monastère byzantins dédiés au repentir de Pierre: c'est le sanctuaire de« Saint-Pierre en Gallicante ››. Le second site est localise au sommet du mont Sion, dans la petiteéglise du Sauveur au milieu du cimetière arménien.
Le temoignage le plus ancien est celui du Pèlerin de Bordeaux (335 apr. J.-C.): «De là [Ia piscine de Siloé], on monte à Sion, et voici qu'apparaît le lieu où fut la maison de Caiphe: il y a encore là la colonne à laquelle ils flagellèrent Jésus. ›› Mais le texte ne précise pas si le site se trouve au cours de la montée, ou au sommet." (Jacques Potin, Assomptionniste, Le Monde de la Bible, Sur les pas de Jésus 2 Jérusalem, Bayard 2005)

 

"Pour arriver au tribunal de Caïphe, on passe par une première cour extérieure, et de là on entre dans une autre cour, que nous appellerons intérieure, et qui entoure tout le bâtiment. La maison est deux fois plus longue que large.

Sur le devant se trouve un espèce de vestibule à ciel ouvert, qu'on appelle atrium, entouré de trois côtés de colonnes formant des galeries couvertes avec des entrées de ces trois côtés. L'entrée principale est sur le côté le plus long de l'édifice : en entrant par là, on trouve à gauche une fosse revêtue en maçonnerie où l'on entretient du feu : si l'on tourne à droite, on voit, derrière des colonnes plus hautes, formant le quatrième côté de la maison et plus élevée de deux marches, une salle à moitié grande comme le vestibule, où se trouvent les sièges des membres du conseil, sur une extrade en fer à cheval élevée de plusieurs marches. Le siège du grand-prêtre occupe vers le milieu la place la plus éminente. L'accusé se tient au centre du demi-cercle, entouré de gardes. Des deux côtés et derrière lui est la place des témoins et des accusateurs. Derrière les sièges des juges sont trois portes communiquant à une autre salle ronde, entourée aussi de sièges, et où se tiennent les délibérations secrètes. Quand on vient du tribunal dans cette salle, on voit, à droite et à gauche, des portes donnant dans la cour intérieurs, dont l'enceinte est ici de forme ronde, comme le derrière de l'édifice. En sortant de la salle par la porte à droite, on aperçoit dans la cour, à sa gauche, l'entrée d'une prison souterraine qui règne sous cette dernière salle. Il y a là plusieurs cachots : Pierre et Jean restèrent toute une nuit dans l'un d'eux, lorsqu'ils eurent guéri le boiteux du Temple, après la Pentecôte."

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/LaPassion/7tribuna.htm

"Jésus était enfermé dans un petit cachot voûté dont une partie subsiste encore [...] Jésus dans sa prison priait incessamment pour ses bourreaux ; et comme à la fin, accablés de fatigue, ils lui laissèrent un instant de repos, je le vis appuyé au piller et tout entouré de lumière. Le jour commençait à poindre, le jour de sa Passion, le jour de notre rédemption, et un rayon arrivait en tremblant, par le soupirait du cachot, jusque sur notre saint Agneau pascal tout meurtri."

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/LaPassion/12jesus.html

"Lorsque, du lieu où était érigée la croix, on regarde vers le midi, en voit la maison de Caïphe au-dessous du château de David." ( Editions Ambroïse Bray 1860 - http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/LaPassion/49quelqu.html)

 

LE TRIBUNAL DE CAIPHE en l'an 30 (résumé)

Le tribunal de Caïphe n'était guère qu'à trois cents pas de la maison d'Anne, au nord de Sion.
Le tribunal de Caïphe se compose de :
- une première cour extérieure
- une cour intérieure qui entoure tout le bâtiment,
- une maison deux fois plus longue que large avec :
- un vestibule à ciel ouvert (atrium) entouré de trois côtés de colonnes formant des galeries couvertes avec des entrées de ces trois côtés
- une entrée principale sur le côté le plus long de l'édifice
- une fosse revêtue en maçonnerie où l'on entretient du feu
- à droite, on voit, derrière des colonnes plus hautes, formant le quatrième côté de la maison et plus élevée de deux marches, une salle à moitié grande comme le vestibule, où se trouvent les sièges des membres du conseil
- une estrade en fer à cheval élevée de plusieurs marches où le siège du grand-prêtre occupe vers le milieu la place la plus éminente
- derrière les sièges des juges, trois portes communiquent à une autre salle ronde, entourée aussi de sièges, et où se tiennent les délibérations secrètes
- à droite et à gauche, des portes donnent dans la cour intérieure, dont l'enceinte est ici de forme ronde, comme le derrière de l'édifice
- par la porte à droite, on aperçoit dans la cour, à sa gauche, l'entrée d'une prison souterraine qui règne sous cette dernière salle ; Jésus était enfermé dans un petit cachot voûté dont une partie subsiste encore


Carte de Jérusalem au format .pdf disponible en cliquant ici.

LE TRIBUNAL DE CAIPHE aujourd'hui

Deux sites sont proposés: au sommet du mont Sion, dans une propriété arménienne ou sur le flanc de la colline, là où les Assomptionnistes ont acquis un terrain, "Saint-Pierre en Gallicante",.

http://www.biblewalks.com/Photos19/ArmenianZion2.jpg

"Selon la tradition arménienne, le site sur le mont Sion est le lieu de la maison de Caïphe, le grand prêtre des Juifs à l'époque de Jésus. Jésus fut arrêté, puis remis dans cette maison jusqu'au procés qui a conduit à sa crucifixion."

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en%7Cfr&u=http://www.biblewalks.com/Sites/ArmenianMountZion.html

"Saint-Pierre [en Gallicante], maison de Caïphe
C'est l'une des stations de la procession de la vigile du vendredi saint, la dédicace de l'église étant commémorée le 17 ou 18 août. Le lectionnaire désigne aussi l'église par l'expression "Métanie (= repentir) de Pierre".

À l'époque byzantine, on compte un seul lieu pour la cour du grand-prêtre Caïphe, où Jésus est emmené après son arrestation à Gethsémani, et l'endroit où Pierre pleura sa trahison dans cette même cour au troisième chant du coq. Les récits de la Passion se contentent de dire que Pierre "sortit dehors" (Mt. 26, 75). La "maison de Caïphe" est visitée par le pèlerin de Bordeaux (333), mais l'église, dont il faut sans doute attribuer la fondation à Eudocie, n'est pas mentionnée dans les récits de pèlerinage avant la fin du Ve siècle (Breviarius de Jérusalem et Théodose).

À partir du IXe s. on commence à distinguer les deux endroits et c'est ainsi que l'on situait au moins jusqu'au XIXe s. la "maison de Caïphe" au sommet de la colline entre la Sainte-Sion et le mur (ottoman) de la ville, dans une propriété arménienne. Mais le lieu du repentir de Pierre s'est toujours maintenu sur le flanc de la colline, là où les Assomptionnistes ont acquis un terrain, "Saint-Pierre en Gallicante", où ont été retrouvés des restes intéressants. Il s'agit d'une part de mosaïques qui ont pu appartenir à l'église, bien qu'on n'ait pas réussi à identifier son plan[8], et d'autre part d'une grotte qui pourrait bien être la "prison du Christ", avant que celle-ci ne migre dans le Saint-Sépulcre, avec d'autres souvenirs de la Passion (comme la colonne de la flagellation, dont le Pèlerin de Bordeaux disait déjà qu'elle avait été déplacée dans la Sainte-Sion, vraisemblablement en provenance de la Maison de Caïphe). Des fouilles plus récentes ont mis au jour des restes d'une riche maison d'époque romaine." http://fr.wikipedia.org/wiki/Lieux_de_station_de_la_liturgie_de_J%C3%A9rusalem

Pour Anne Catherine, le tribunal de Caïphe semble plus au nord de Sion que les 2 sites actuellement proposés.

Précédent Retour Suivant

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Maria und Julia Gräfin Schmiesing-Kerssenbrock (vers 1860)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)