QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

Jérusalem au temps de Jésus : 9- LE PALAIS D'HERODE

 

Luc 23: 6-7 "A ces mots, Pilate demanda si l'homme était galiléen. Et, s'étant assuré qu'il était de la juridiction d'Hérode, il le renvoya à Hérode, qui était, lui aussi, à Jérusalem en ces jours-là." (Osty)

 

"Le touriste ou le pèlerin qui arrive à Jérusalem aujourd'hui ne peut pas reconnaître la Ville que Jésus a connue. Vingt siècles ont passé, avec bien des destructions et des transformations. Les récits des Evangiles ont suscité chez le lecteur des images que l'état actuel des lieux bouscule et anéantit. C'est un choc. Un choc à surmonter pour chercher à comprendre ce qui s'est passé, pour faire la part des choses: l'archéologie et l'histoire d'un côté et les sources littéraires de l'autre. Elles ont chacune leur importance." (Philippe Gruson, Institut catholique de Paris, Le Monde de la Bible, Sur les pas de Jésus 2 Jérusalem, Bayard 2005)

Itinéraire de la Passion

"Nous ne connaissons le palais d'Hérode que par la description emphatique de Flavius Josephe. Ce palais somptueux est une forteresse détendue par trois tours: les soubassements de l'une de ces tours, sans doute celle de Phasaël, sont visibles dans la «Citadelle de David ››, pres de la porte de Jaffa. Mais les fouilles archéologiques n'ont pas trouvé trace de la place dallée (lithostrotos) dont il est question dans l'Évangile de Jean: « Pilate s'assit sur le tribunal en un lieu appelé Lithostrotos, en hébreu Gabbatha. ›› (Jn 19,13)." (Jacques Potin, Assomptionniste, Le Monde de la Bible, Sur les pas de Jésus 2 Jérusalem, Bayard 2005)

 

"Le palais du Tétrarque Hérode était situé au nord du forum, dans la nouvelle ville : il n'était pas éloigné de celui de Pilate. Une escorte de soldats romains, dont la plupart venaient des pays situés entre la Suisse et l'Italie, s'était jointe au cortège ; et les ennemis de Jésus, furieux de toutes les courses qu'on leur faisait faire, ne cessaient d'outrager le Sauveur et de le faire maltraiter par les, archers. Hérode, averti par l'envoyé de Pilate, attendait le cortège dans une grande salle où il était assis sur des coussins formant une espèce de trône. Beaucoup de courtisans et de gens de guerre se tenaient autour de lui. Les Princes des Prêtres entrèrent par le péristyle et se placèrent des deux côtés ; Jésus resta sur le seuil [...]

Sur toute chose on ne voulait pas condamner celui que Pilate avait déclaré innocent, et il convenait à sa politique de se montrer obséquieux envers le gouverneur en présence des Princes des Prêtres. Il accabla Jésus de paroles méprisantes, et dit à ses serviteurs et à ses gardes, dont il y avait bien deux cents dans son palais : " Prenez cet insensé, et rendez à ce roi risible les honneurs qui lui sont dus ; c'est plutôt un fou qu'un criminel ".

Ils conduisirent donc le Sauveur dans une grande cour où ils lui prodiguèrent les mauvais traitements et les moqueries. Cette cour était comprise entre les ailes du palais, et Hérode les regarda pendant quelque temps du haut d'un toit en terrasse. Anne et Caïphe, qui étaient toujours derrière lui, essayèrent encore par tous les moyens imaginables de le pousser à condamner Jésus ; mais Hérode leur dit, de manière à être entendu des Romains : " Ce serait un crime à moi de le juger ", il voulait dire sans doute : " un crime contre le jugement de Pilate qui a eu la politesse de l'envoyer devant moi " [...]

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/LaPassion/20devanh.html

 

 

LE PALAIS D'HERODE en l'an 30 (résumé)

Le palais du Tétrarque Hérode était situé au nord du forum, dans la nouvelle ville; il n'était pas éloigné de celui de Pilate. Le palais du Tétrarque Hérode se compose notamment d' :
- une grande salle, des coussins formant une espèce de trône,
- un péristyle,
- une grande cour comprise entre les ailes du palais.

Carte de Jérusalem au format .pdf disponible en cliquant ici.

LE PALAIS D'HERODE aujourd'hui

Les restes du palais d’Hérode.
Au loin, les monts de Judée, au sud de Jérusalem,
parmi lesquels se trouve Bethléem. (photo : C. Boyer)

"C’est dans son palais à Jérusalem que le roi Hérode le Grand recevait ses invités. Ce palais était situé à l’ouest de la ville, dans la ville haute, près de l’actuelle porte de Jaffa. De là il avait une vue sur toute la ville et ses environs. Il pouvait d’ailleurs surveiller de loin l’avancement des travaux au temple qui se sont échelonnés au-delà de son règne. Hérode avait fait construire plusieurs palais dans son royaume, mais celui de Jérusalem était sa résidence principale. On y trouvait les appartements de la famille royale, des salles de réception pouvant accueillir des centaines de convives, de grandes cours. Après la mort d’Hérode, son palais servit de résidence secondaire aux gouverneurs romains. Les restes du palais, qui abritent aujourd’hui un musée d’histoire sur Jérusalem, peuvent toujours être visités." http://www.interbible.org/interBible/caravane/voyage/2008/voy_081226.html

"Tandis qu'à l'ouest, appuyé à l'enceinte près de l'actuelle porte de Jaffa, le palais d'Hérode dresse trois tours immenses. Le palais d'Hérode sera celui du gouverneur. La tour « de Phasaël », la plus élevée, est elle-même couronnée de tourelles et atteint quarante-cinq mètres de hauteur. La tour « d'Hippicus » abrite une immense citerne. La tour « de Mariamne », dédiée à la reine assassinée par son époux, est décorée d'une façon somptueuse : selon Flavius Josèphe, « le roi jugeait convenable qu'une tour portant le nom d'une femme surpassât en apparat les tours portant des noms d'hommes». En outre deux corps de bâtiments composent la demeure princière : vastes salles de banquet, thermes et chambres pour des centaines d'hôtes." http://www.bibliorama.fr/archeo/NT_jerusalem.htm

Le palais d'Hérode où Jésus est conduit depuis le palais de Pilate n'est pas le même que celui des vestiges actuels. Anne Catherine le situe non pas à l'ouest près de l’actuelle porte de Jaffa mais plus au nord du temple, dans la "nouvelle ville".

 

Précédent Retour Suivant

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Maria und Julia Gräfin Schmiesing-Kerssenbrock (vers 1860)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)