QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

Jérusalem au temps de Jésus : 3- LE MONT DES OLIVIERS ET GETHSEMANI

 

Matthieu 26: 30, 36 "Et, après avoir chanté l'hymne, ils sortirent vers le mont des Oliviers [...] Alors Jésus vient avec eux dans un domaine appelé Guethsémani [...]" (Osty)

Jean 18: 1 "Ayant dit cela, Jésus s'en alla avec ses disciples de l'autre côté du torrent du Kédrôn. Il y avait là un jardin, dans lequel il entre, ainsi que ses disciples." (Osty)

 

"Le touriste ou le pèlerin qui arrive à Jérusalem aujourd'hui ne peut pas reconnaître la Ville que Jésus a connue. Vingt siècles ont passé, avec bien des destructions et des transformations. Les récits des Evangiles ont suscité chez le lecteur des images que l'état actuel des lieux bouscule et anéantit. C'est un choc. Un choc à surmonter pour chercher à comprendre ce qui s'est passé, pour faire la part des choses: l'archéologie et l'histoire d'un côté et les sources littéraires de l'autre. Elles ont chacune leur importance." (Philippe Gruson, Institut catholique de Paris, Le Monde de la Bible, Sur les pas de Jésus 2 Jérusalem, Bayard 2005)

Itinéraire de la Passion

"Jésus entre dans la propriété de Gethsémani, dont il connaît sans doute le propriétaire - il s'y est vraisemblablement retiré pour la nuit lors de ses séjours à Jérusalem. Les donnees de l'Évangile sur le lieu de l'Agonie sont discrètes, mais précises:«Au-delà du torrent du Cédron, il y avait un jardin dans lequel Jesus entra avec ses disciples. ›› (Jn 18,1) Les Évangiles distinguent même ici plusieurs endroits: le lieu où Jésus est entouré de ses disciples, celui où il s“éloigne avec Pierre, Jacques et Jean, celui où il se retire «à la distance d'un jet de pierre» pour
prier seul et, enfin, celui où il est arrêté. Au pied du mont, face aux remparts de Jérusalem, le «jardin des Oliviers ›› des franciscains rappelle le Gethsemani de l'Évangile. Le site, relativement préservé, avec ses sentiers rocailleux et ses oliveraies, permet d'évoquer la prière
solitaire de Jésus. Le rocher dit de l'Agonie, qui se trouve inséré dans la basilique moderne (1924), est vénéré au moins depuis le IVe siècle: il était enchâssé devant le maître-autel de la basilique primitive. La piété populaire a localisé l'endroit où Jesus s'était retiré avec ses disciples dans une grotte voisine, qui faisait alors partie d'une installation agricole. Cette grotte dite de la Trahison a été ménagée en chapelle dès le IVe siècle.
" (Jacques Potin, Assomptionniste, Le Monde de la Bible, Sur les pas de Jésus 2 Jérusalem, Bayard 2005)

 

"24 mars-- il y avait au pied de la montagne des Oliviers un grand espace libre et quelques hôtelleries situées entre des murs, où logeaient souvent des étrangers. En ce moment elles étaient vides Jésus y avait passé la nuit : on venait tous les jours de Jérusalem nettoyer ces maisons."

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume6/chapit11.html

"Ils traversèrent le torrent de Cédron, non sur le pont où plus tard fut conduit Jésus prisonnier, mais sur un autre, car ils avaient fait un détour. Gethsémani, où ils allaient, est situé près de la montagne des Oliviers, à peu près à une demi-lieue du Cénacle, il y a du Cénacle à la porte de la vallée de Josaphat un quart de lieue, et environ autant de là à Gethsémani. Ce lieu, où dans les derniers jours Jésus avait quelquefois enseigné ses disciples et passé la nuit avec eux, se composait de quelques maisons vides et ouvertes et d'un grand jardin entouré d'une haie, où il ne croissait que des plantes d'agrément et des arbres fruitiers. Les Apôtres et plusieurs autres personnes avaient une clef de ce jardin, qui était un lieu de récréation et de prière. Quelquefois des gens qui n'avaient pas de jardins à eux y donnaient des fêtes et des repas. Il s'y trouvait des cabanes de feuillage, où restèrent huit des Apôtres auxquels se joignirent plus tard d'autres disciples.

Le jardin des Oliviers est séparé par un chemin de celui de Gethsémani, et s'étend plus haut vers la montagne. Il est ouvert, entouré seulement d'un mur de terre, et plus petit que le jardin de Gethsémani. On y voit des cavernes, des terrasses et beaucoup d'oliviers. Il est plus soigné dans une de ses parties où l'on trouve des sièges, des bancs de gazon bien entretenus et des grottes fraîches, et spacieuses. Il est facile d'y trouver un endroit propre à la prière et à la méditation [...]

C'est dans la partie la plus sauvage que Jésus alla prier. Il était environ neuf heures quand Jésus vint à Gethsémani avec ses disciples. Il faisait encore obscur sur la terre, mais la lune répandait déjà sa lumière dans le ciel. Jésus était très triste et annonçait l'approche du danger. Les disciples, en étaient troublés, et il dit à huit de ceux qui l'accompagnaient de rester dans le jardin de Gethsémani, dans un endroit où il y a une espèce de cabinet de verdure. “ Restez ici, leur dit-il, pendant que je vais prier à l'en-droit que j'ai choisi. ” Il prit avec lui Pierre. Jacques et Jean, monta plus haut, et, franchissant un chemin, poussa plus avant dans le jardin des Oliviers jusqu'au pied de la montagne. Il était indiciblement triste, car il sentait l'angoisse et l'épreuve qui approchaient [...] C'est alors qu'il dit aux trois Apôtres : “ Restez là et veillez avec moi; priez afin que vous ne tombiez pas en tentation. ” Il avança encore quelques pas; mais les terribles visions l'assaillirent de telle sorte que, dans son angoisse, Il descendit un peu à gauche, et se cacha sous un rocher, dans une grotte d'environ six pieds de profondeur, au-dessus de laquelle les Apôtres se tenaient dans une espèce d'enfoncement. Le terrain s'abaissait doucement dans cette grotte, et les plantes suspendues au rocher qui surplombait formaient un rideau devant l'entrée, en sorte qu'on ne pouvait y être vu."

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/LaPassion/1desoliv.html


 

LE MONT DES OLIVIERS ET GETHSEMANI en l'an 30 (résumé)

Au pied de la montagne des Oliviers se trouvent un grand espace libre et quelques hôtelleries situées entre des murs, où logeaient souvent des étrangers.
Le jardin des Oliviers, plus petit que le jardin de Gethsémani, en est séparé par un chemin. Il s'étend plus haut vers la montagne. Il est :
- ouvert,
- entouré seulement d'un mur de terre, avec
- des cavernes,
- des terrasses et beaucoup d'oliviers,
- des sièges,
- des bancs de gazon bien entretenus et
- des grottes fraîches, et spacieuses.
Il est facile d'y trouver un endroit propre à la prière et à la méditation.

Gethsémani, est situé près de la montagne des Oliviers, à peu près à une demi-lieue du Cénacle. Il était un lieu de récréation et de prière ; quelquefois des gens y donnaient des fêtes et des repas.
 Il se composait :
- de quelques maisons vides et ouvertes
- d'un grand jardin entouré d'une haie, où il ne croissait que des plantes d'agrément et des arbres fruitiers
- de cabanes de feuillage.
- le terrain s'abaissait doucement sous un rocher, dans une grotte d'environ six pieds de profondeur où eut lieu l'Agonie de Jésus. Les plantes suspendues au rocher qui surplombait formaient un rideau devant l'entrée. Au-dessus, les Apôtres se tenaient dans une espèce d'enfoncement.


LE MONT DES OLIVIERS ET GETHSEMANI aujourd'hui

"Dans la Bible, Gethsémani ou Gethsémané « le pressoir à huile » est un lieu désignant une oliveraie au pied du mont des Oliviers, connu dans les Évangiles pour être le lieu où ont prié Jésus et les apôtres avant la Crucifixion."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Geths%C3%A9mani

"Construite en 1924 sur le site traditionnel du Jardin de Gethsémani, la basilique de l'Agonie abrite un pan du rocher identifié comme l'endroit où Jésus pria seul dans le jardin, la nuit de son arrestation. Bien qu'il ne soit pas certain qu'il s'agisse précisément de cet emplacement, le cadre correspond à la description qu'en donne l'Evangile, et la basilique actuelle, dessinée par l'architecte Antonio Barluzzi, repose sur les fondations de deux lieux saints antérieurs : une chapelle des croisés du XIIe siècle, abandonnée en 1345 ; et une basilique byzantine plus ancienne, datant du IVe siècle, détruite par le tremblement de terre de l'année 746. En 333, le Pèlerin de Bordeaux mentionna, sur le mont des Oliviers, un rocher quil identifia comme le lieu où Judas Iscariote trahit Jésus"

http://www.mfa.gov.il/MFAFR/MFAArchive/2000_2009/2000/3/Jerusalem-+La+basilique+de+l-Agonie+-l-eglise+de+t.htm

Précédent Retour Suivant

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Maria und Julia Gräfin Schmiesing-Kerssenbrock (vers 1860)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)