QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

Manque de foi ? Puisez la force de croire à l'exemple des martyrs

 

 

Croire. Chercher la foi. Avoir la foi. Ca veut dire quoi ? C'est pour qui ?

A notre époque, il est si confortable d'être chrétien. Il est si facile, aussi, d'être athée. La science des hommes a façonné un univers essentiellement matériel. Le rationnel l'emporte sur le spirituel. La foi en Dieu est le plus souvent considérée comme de la crédulité puérile.

La foi

Si l'on en croit le dictionnaire du français contemporain (Larousse 1971), la foi est la "Croyance en la vérité d'une religion, en son dieu et en ses dogmes."

Les définitions moins religieuses qui suivent sont également pertinentes: "Engagement qu'on prend d'être fidèle à une promesse" ou "Confiance qu'on accorde à quelque chose ou à quelqu'un" (Larousse 1971).

Au lieu de "croyance", les mots "engagement" ou "confiance" semblent plus justes pour définir la foi.

Saint Paul nous en propose une définition dans sa lettre aux Hébreux (11:1, 3 Osty) "La foi est la garantie de ce qu'on espère, la preuve des réalités qu'on ne voit pas [...] C'est par la foi que nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, le visible provenant ainsi de ce qui ne paraît pas."

Avant de répondre à notre question sur la foi, laissons-nous édifier par le comportement des nos ancêtres martyrisés aux premiers siècles. Anne Catherine Emmerich nous rapporte de nombreux martyrs dans ses visions. Ces 2 extraits sont des plus touchants.

Attention, la cruauté des bourreaux est difficilement supportable !

 

 

Martyre d'une délicate jeune fille de douze ans à Rome.

" Comme j'étais en prière, deux hommes inconnus vinrent à moi et m'invitèrent à les suivre à Rome jusqu'au lieu où les martyrs allaient être livrés au supplice. Il devait y avoir aujourd'hui un grand combat où devaient figurer des personnes de leur famille qu'ils voulaient voir souffrir la mort pour Jésus. Je leur demandai pourquoi ils s'exposaient au danger. Ils me dirent qu'ils étaient chrétiens en secret et qu'on ne les connaissait pas: comme parents, une place à part leur était réservée afin que la vue des supplices les effrayât. Mais ils allaient là pour se fortifier par le spectacle de la mort des leurs et aussi pour encourager ceux-ci par leur présence. Il me conduisirent donc à l'amphithéâtre. Au-dessus de l'enceinte intérieure, en face de l'entrée, à droite du siége du juge, une porte entre deux fenêtres était pratiquée dans le pourtour circulaire. Nous entrâmes là dans une grande pièce où se trouvaient de braves gens, au nombre de trente environ, vieux et jeunes, hommes, femmes, jeunes garçons et jeunes filles. Tous étaient chrétiens en secret et rassemblés là dans le même but.

" Le juge, un vieillard à l'air cruel, donna un signal avec son bâton dans diverses directions, sur quoi les exécuteurs subalternes, déjà rassemblés au-dessous dans le cirque, firent ce dont ils étaient chargés. Ils étaient une douzaine. A gauche dans l'enceinte, en face de nos fenêtres, je vis quelque chose comme une idole: je ne sais pas ce que c'était, mais cela me fit une impression d'horreur: de ce côté étaient aussi les prisons. On en fit sortir les martyrs, deux par deux; on les poussait en avant avec des épieux de fer. Ils furent d'abord menés devant le juge et livrés au supplice après l'échange de quelques paroles. L'édifice circulaire était rempli dans toute sa hauteur de spectateurs placés sur des gradins qui s'élevaient les uns au-dessus des autres : ils criaient, s'agitaient et faisaient grand bruit.


" La première personne martyrisée fut une délicate jeune fille de douze ans. Le bourreau la jeta par terre: il lui mit le bras gauche sur la poitrine et s'agenouilla dessus. Puis avec un instrument tranchant, large et court, il lui fit une incision circulaire autour du poignet et en releva la peau jusqu'au coude: il en fit autant à la main droite, puis aux deux pieds. L'horrible supplice de cette tendre enfant me mit hors de moi; je courus vers la porte pour sortir et aller à elle: je criais miséricorde, je voulais être martyrisée avec elle et le valet de l'exécuteur me repoussa en arrière de façon que je le sentis vivement. Les gémissements de la jeune fille me déchiraient tellement le cœur que je demandai à être martyrisée au lieu d'elle. J'eus l'impression générale que j'avais aussi ma place là et que mon tour devait bientôt venir. Je ne puis dire à quel point la vue de ce supplice me fit souffrir.

" Ensuite le valet du bourreau lui lia les mains en croix et il me sembla qu'il voulait les lui scier. Lorsque je revins dans la chambre (elle était arrondie à la partie postérieure et il y avait des pierres triangulaires ou carrées sur lesquelles on pouvait s'asseoir), les braves gens qui se trouvaient là me consolèrent. C'étaient le père et la mère de la jeune fille, et ils disaient que le supplice de leur tendre enfant avait été sans doute bien déchirant, mais qu'elle se l'était attiré elle-même par sa hardiesse excessive. C'était une grande douleur pour eux: car c'était leur fille unique: elle allait sans cesse aux catacombes, pour y recevoir l'instruction chrétienne, sans prendre aucune précaution, puis ensuite elle parlait trop librement et trop hardiment. Elle avait cherché le martyre de tout son pouvoir, disaient-ils. Tout étant fini, deux personnes l'enveloppèrent et la placèrent sur un bûcher de forme ronde dressé au milieu de la place. On l'y déposa, les pieds tournés vers le centre; il y avait en dessous beaucoup de petites branches qui prirent feu promptement et projetèrent leur flamme à travers le bois empilé.

Mes bons voisins étaient vraiment touchants par leur résignation. Une des femmes déploya un rouleau long comme le bras, serré au milieu avec une large courroie: ils y lurent des prières à voix basse, se tenant au fond de la chambre. Ils faisaient cela par petits groupes de trois ou quatre qui avançaient la tête pour lire ensemble, et ainsi le rouleau passa de main en main, les uns se retirant pour faire place aux autres. Je compris bien ce qu'ils lisaient. C'étaient simplement de courtes sentences, d'un style singulièrement énergique et propre à élever l'âme. Le sens en était que ceux qui souffrent vont droit à Dieu au sortir de ce misérable monde. Je me croyais sûre de ne jamais oublier ces paroles, et maintenant je ne puis plus qu'en ressentir encore l'impression sans pouvoir les répéter. La lectrice s'interrompait souvent après une courte sentence en leur disant: " Qu'en pensez-vous ? Ces prières s'adressaient à Dieu dans un langage très-énergique. Je regardai aussi dans le rouleau, mais je ne pus reconnaître aucune lettre: les caractères étaient rouges.

" Je fus pendant le supplice dans un état d'angoisse indescriptible: jamais ce spectacle ne m'avait déchiré le cœur comme cette fois. La jeune fille avec sa peau relevée sur les bras et sur les jambes, et les gémissements que lui arrachait la douleur, était toujours devant moi; je ne pouvais m'en aller: on ne laissait pas traverser le lieu du supplice. Plusieurs autres furent ensuite martyrisés; on les poussait de côté et d'autre avec des pointes de fer, et le sang jaillissait à distance: ils furent frappés avec de lourdes massues et leurs os furent brisés.

A la fin, il s'éleva du sein de la multitude une violente clameur provoquée par les hurlements d'un homme. C'était le dernier martyrisé; on lui fit souffrir de tels tourments qu'il chancela dans la foi; il poussa de grands cris avec des malédictions contre les bourreaux: le désespoir, la colère, la douleur le rendaient effrayant à voir. Les bonnes gens qui m'entouraient étaient bien attristés de le voir ainsi. Il ne put pourtant pas échapper à la mort. Lorsque tous les suppliciés furent jetés sur le bûcher, je fus très affligée en pensant à celui-là: j'avais le pressentiment que son âme n'entrait pas dans la gloire. Quand tout fut fini, les bonnes gens qui étaient autour de moi me quittèrent. Les corps ne furent pas entièrement consumés: je vis plus tard creuser une fosse pour enterrer les ossements […]

" J'ai le pressentiment que ce martyre m'a été montré pour m'exhorter à la patience dans mes souffrances et parce que récemment je me suis vue aussi retirer la peau des mains et des pieds. Ces anciens Romains devaient être pour ainsi dire d'acier, les bourreaux comme les spectateurs, les martyrs comme leurs amis. Maintenant tous les hommes sont tièdes, mous et lâches, et on adore Dieu aussi mal qu'on adorait les dieux. " (Vie de la célèbre mystique tome 2 p40-43, Téqui)


 

" Sainte Apollonie.

J'ai eu une relique d'elle près de moi et j'ai vu aussi la ville où elle souffrit le martyre. Elle est située sur une langue de terre et les divers bras par lesquels le Nil se rend dans la mer ne sont pas loin de là. C'est une grande et belle ville où était la maison des parents d'Apollonie, entourée de cours et de jardins et située sur un lieu élevé. A l'époque de son martyre, c'était une veuve âgée, de grande taille […]

Elle se montrait extrêmement compatissante envers les pauvres chrétiens cachés; elle était la consolation et l'espoir de tous ceux qui souffraient. Sa nourrice souffrit aussi le martyre peu de temps avant elle. Ce fut à l'occasion d'un tumulte où les maisons des chrétiens furent pillées et brûlées et où plusieurs furent mis à mort.

Je vis plus tard Apollonie arrêtée dans sa maison sur l'ordre du juge, conduite devant le tribunal, puis jetée en prison. Je la vis menée plusieurs fois devant le juge et horriblement maltraitée à cause de ses réponses sévères, et fermement chrétiennes.

C'était une vue qui me déchirait Je cœur et je ne pouvais m'empêcher de pleurer, quoique je pusse voir avec moins d'émotion d'autres supplices plus cruels. Peut-être était-ce son âge et la dignité de son extérieur qui me touchaient ainsi.

Ils la poussèrent avec des massues, la frappèrent au visage et sur la tête avec des cailloux. Son nez fut écrasé, le sang coulait de sa tête, ses joues et son menton furent déchirés et ses dents brisées dans sa bouche.

Elle portait la robe blanche fendue dont je vois si souvent les martyrs revêtus; là-dessous elle avait une tunique de laine teinte. On la fit s'asseoir sur un siége de pierre sans appui; ses mains étaient liées derrière le dos et attachées à la pierre par une chaîne; ses pieds aussi étaient entravés. On lui arracha son voile; ses longs cheveux épars tombèrent autour d'elle, son visage était tout défiguré et couvert de sang. Un bourreau la saisit par derrière et lui renversa violemment la tête, un autre ouvrit sa bouche en y introduisant de force un petit billot de plomb. Alors l'exécuteur arracha l'une après l'autre, avec une pince grossière, les dents déjà brisées de la sainte martyre, et il enleva en même temps des morceaux de la mâchoire.

Pendant ce supplice où Apollonie souffrit jusqu'à perdre connaissance, je vis que des anges, des âmes d'autres martyrs et une apparition de Jésus lui-même la fortifiaient et la consolaient, et que, sur sa prière, elle reçut la grâce de pouvoir secourir efficacement tous ceux qui souffrent des dents ou qui ont des douleurs quelconques à la tête et au visage.

Comme elle ne cessait pas de glorifier Jésus et de témoigner son mépris pour les idoles, le juge ordonna de la conduire au bûcher et de l'y jeter, si elle persistait dans ses sentiments. Je vis qu'elle ne pouvait plus marcher seule; elle était à demi morte. Deux bourreaux la traînèrent sous les bras jusqu'à un lieu élevé, pavé de dalles, où un grand feu était allumé dans une fosse. Lorsqu'elle fut devant, elle sembla faire une prière. Elle ne pouvait plus redresser la tête, Les païens crurent qu'elle voulait renier Jésus ou qu'elle était ébranlé dans sa résolution, et ils la laissèrent libre. Elle s'affaissa alors sur elle même et resta à terre comme expirante; mais bientôt, ayant prié, elle se releva tout à coup et s'élança dans les flammes. " (Vie de la célèbre mystique tome 3 p307-309,Téqui)

 

Quel courage il fallait pour oser braver les lois de Rome à une époque où la sauvagerie des juges et des bourreaux était ignoble ! Résister à la torture et accepter de perdre la vie donne tout son sens au mot "confiance" ou "engagement". Quels exemples nous donnent ces martyrs !

Jésus enseignait ainsi : " on portera les mains sur vous, et on vous persécutera [...] et on mettra à mort plusieurs d'entre-vous " (Luc 21:12-16, Osty)

" celui qui me renie à la face des hommes sera renié à la face des anges de Dieu. "(Luc 12:9, Osty). Ces paroles ont affermi dans leur foi les premiers chrétiens.

Comment imaginer que des milliers de chrétiens, dès les premiers siècles, dans un monde dominé par de cruels païens, aient donné leur vie dans d'horribles souffrances sur la base d'une religion sans fondement et sans valeur ?
Ces hommes et ses femmes n'acceptaient pas de mourir, torturés sauvagement, sans une bonne raison. Leur foi en l'amour de Dieu était vive.

Si du vivant d'Anne Catherine les hommes étaient tièdes, mous et lâches, que doit on penser de leur comportement de nos jours ?
Cette question, c'est à chacun de nous qu'il convient d'y répondre.

 

 

Croire. Chercher la foi. Avoir la foi. Ca veut dire quoi ? C'est pour qui ?

On entend souvent des chrétiens dire: "Je crois en Dieu mais je ne pratique pas" (c'est-à-dire je ne vais pas à la messe). Est-ce suffisant pour être chrétien ?

La Bible nous donne la réponse. On pourrait ainsi définir quelques étapes:

1ère étape: être attiré par Dieu

"Nul ne peut venir vers moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire; et moi je le ressusciterai au dernier Jour" (Jean 6:44, Osty) Si on n'est pas attiré par Dieu, si on est indifférent, pas intéressé, il est peu probable que l'on soit enclin à croire.

2ème étape: connaître Dieu

"Et telle est l'éternelle vie: qu'ils te connaissent, toi, le seul véritable Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ." (Jean 17:3, Osty) Pour croire en Dieu, il faut d'abord savoir qu'Il existe. Il faut aussi chercher à Le connaître. Mais attention à ne pas se contenter de "reconnaître" l'existence de Dieu. Quand Jésus enseignait les Pharisiens, ces derniers connaîssaient déjà Dieu. Ils pratiquaient déjà un culte voué à Dieu. Pourtant Jésus leur disait: "Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis [...]" (Matthieu 23:27, Osty) "Connaître" a donc un sens plus profond.

3ème étape: faire la volonté de Dieu

"Ce ne sont pas tous ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! qui entreront dans le royaume des Cieux, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux." (Matthieu 7:21, Osty) On peut "connaître" Dieu et même le prier, mais ne pas faire ce qu'Il attend de nous ne mène à rien (Voir aussi Matthieu 7:21 ou 12:50). Pour "connaître" Dieu, il faut faire Sa volonté.

"Bref, comme le corps sans souffle est mort, ainsi la foi sans oeuvre est morte." (Jacques 2:26, Osty) Croire sans faire, c'est inutile! Il faut agir. Mais comment faire la volonté de Dieu?

Ce qu'il ne faut pas faire, Jésus nous le dit: "Mais ce qui provient de la bouche sort du coeur, et c'est cela qui souille l'homme. Car c'est du coeur que sortent mauvaises raisons, meurtres, adultères, fornications, vols, faux témoignages, blasphèmes. C'est là ce qui souille l'homme." (Matthieu 15:18-20, Osty)

Ce que veut le Père, Jésus nous l'a déjà dit dans son récit du Jugement dernier. En voici un extrait :
" 34 " Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui a été préparé pour vous depuis la fondation du monde. 35 Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli; 36 nu, et vous m'avez vêtu; j'ai été malade, et vous m'avez visité; j'ai été en prison, et vous êtes venus vers moi. 37 Alors les justes lui répondront: Seigneur, quand t'avons-nous vu […] ? 40 Et, répondant, le Roi leur dira: En vérité je vous le dis: Pour autant que vous l'avez fait à l'un de mes moindres frères que voilà, c'est à moi que vous l'avez fait." (Matthieu 25 : 31-46 - Osty) Faire la volonté de Dieu, c'est universel. Cela dépasse les frontières, les peuples et les religions. Cela se résume en un mot: aimer.

4ème étape: aimer

"Hypocrites! Isaïe a joliement bien prophétisé de vous quand il dit: Ce peuple là m'honore des lèvres, mais leur coeur est fort loin de moi." (Matthieu 15:7-8, Osty) La vrai foi agit selon le coeur et non pas selon des apparences, des rites ou des mots.

"Quand j'aurais le don de prophétie et que je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais toute la foi jusqu'à déplacer des montagnes, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien." (1Corinthiens 13:2, Osty) L'amour est la clé de voûte du comportement d'un chrétien. Aimer Dieu et aimer son prochain est prioritaire.

"Moi, Yahvé, je scrute le coeur, je sonde les reins, pour donner à chacun selon sa conduite, selon le fruit de ses actions." (Jérémie 17:10, Osty) Dieu juge chacun d'entre-nous, non pas d'après sa croyance, mais, d'après le fruit de ses actes.

5ème étape: entrer en relation avec Dieu

Il ne faut pas pour autant réduire la foi à la seule dimension caritative. Aimer Dieu c'est ne plus être seul dans la vie. C'est se sentir aimé sans craindre d'être trahi. C'est se savoir soutenu dans les épreuves de la vie, comme le psalmiste nous le dit: "Proche est Yahvé de tous ceux qui l'invoquent, de tous ceux qui l'invoquent avec loyauté. Il fait la volonté de ceux qui le craignent, il entend leur cri et les sauve." (Psaume 145 (144):18-19, Osty)

6ème étape: pratiquer le culte

Cette étape nous rapproche du sacré. Le culte permet aux chrétiens de s'approcher de Dieu pour le vénérer. Il leur permet aussi de se retrouver, de former une assemblée: c'est l'Eglise du Christ. Jésus a lui-même institué son Eglise: "Et moi je te dis que tu es Pierre [Roc] et sur ce roc je bâtirai mon Eglise [...]" (Matthieu 16:18, Osty)

C'est aussi par l'institution de l'Eucharistie que Jésus nous convie au culte pour faire mémoire de son sacrifice: "Et, ayant pris du pain, rendu grâce, il [le] rompit et le leur donna, en disant: 'Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.'." (Luc 22:19, Osty)

Attention à ne pas accorder une priorité maladroite à la pratique du culte au détriment de l'amour du prochain. Jésus nous met en garde lorsqu'il dit: "Si donc tu présentes ton offrande sur l'autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère, et alors viens présenter ton offrande." (Matthieu 5:23-24, Osty)

7ème étape: le don de soi

L'ultime étape dans la foi, c'est de s'abandonner au service de l'autre. Jésus nous dit: "Personne n'a de plus grand amour que celui qui livre sa vie pour ses amis." (Jean 15:13, Osty)

On peut donner sa vie pour la consacrer à ses frères par la prêtrise. On peut aussi sacrifier sa vie pour autrui comme ont pu le faire des prêtres dans les camps de concentration pendant la 2ème guerre mondiale. Il y a aussi ces martyrs de l'Antiquité qui ont cru au péril de leur vie.

 

Comment parler de la foi chrétienne ?

Lorsqu'on s'adresse à des incroyants, on peut s'inspirer de ce texte extrait des Actes des Apôtres (17:24-31 Prions en Eglise n°305) comme une première approche

Au premier siècle, à Athène, Saint Paul proclama devant l'aéropage le texte qui suit:

« Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer. Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu'il contient, lui qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas les temples construits par l'homme, et ne se fait pas servir par la main des hommes. Il n'a besoin de rien, lui qui donne à tous la vie, le souffle et tout le reste.
À partir d'un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu'ils habitent sur toute la surface de la terre, fixant la durée de leur histoire et les limites de leur habitat; il les a faits pour qu'ils cherchent Dieu et qu'ils essayent d'entrer en contact avec lui et de le trouver, lui qui, en vérité, n`est pas loin de chacun de nous. En effet, c'est en lui qu'il nous est donné de vivre, de nous mouvoir, d'exister; c'est bien ce que disent certains de vos poètes : “Oui,nous sommes de sa race."
« Si donc nous sommes de la race de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité ressemble à 1'or, à l'argent ou à la pierre travaillés par l'art et l'imagination de l'homme. Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l'ont ignoré, leur annonce maintenant qu'ils ont tous, partout, à se convertir.
« En effet, il a fixé le jour où il va juger 1'univers avec justice, par un homme qu'il a désigné; il en a donné la garantie à tous en ressuscitant cet homme d'entre les morts. »

A des baptisés dans la foi chrétienne, on peut proclamer le kérygme:

Dieu est amour. Il t'aime aujourd'hui.

Le péché t'éloigne de Dieu. Tu es pécheur et tu as besoin d'être sauvé.

Jésus est le Sauveur du monde. Jésus t'a déjà sauvé.

Crois, convertis-toi et proclame que Jésus est ton unique Sauveur et Seigneur.

Reçois le don du Saint-Esprit.

Rejoins une communauté chrétienne et deviens un membre actif.

 

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Gabriel von Max (1885)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)