QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

Jérusalem au temps de Jésus : 14- LA TOUR DE SILOE ET DES AQUEDUCS

 

LUC 13: 4 "Ou ces dix-huit que la tour de Siloé a tués dans sa chute, pensez-vous que leur dette fût plus grande que celle de tous les hommes qui habitent Jérusalem." (Osty)

 

"Le touriste ou le pèlerin qui arrive à Jérusalem aujourd'hui ne peut pas reconnaître la Ville que Jésus a connue. Vingt siècles ont passé, avec bien des destructions et des transformations. Les récits des Evangiles ont suscité chez le lecteur des images que l'état actuel des lieux bouscule et anéantit. C'est un choc. Un choc à surmonter pour chercher à comprendre ce qui s'est passé, pour faire la part des choses: l'archéologie et l'histoire d'un côté et les sources littéraires de l'autre. Elles ont chacune leur importance." (Philippe Gruson, Institut catholique de Paris, Le Monde de la Bible, Sur les pas de Jésus 2 Jérusalem, Bayard 2005)

Itinéraire de la Passion

"À l'est de la Vieille Ville, l'esplanade du Temple n'a pas changé depuis Hérode. Mais au sud, la ville descendait jusqu'au bassin de Siloé, comme dans l'antique Cité de David, si bien que le rempart dominait la vallée du Cédron jusqu'à son confluent avec la vallée de la Géhenne." (Philippe Gruson)

 

"Pilate avait entrepris de bâtir un grand aqueduc amenant au coté sud-est de la montagne du Temple, et passant par-dessus la ravine où se décharge l'étang de Bethsaida. Hérode, par l'intermédiaire d'un Hérodien rusé qui était membre du Sanhédrin, lui avait fourni des matériaux et dix-huit architectes qui étaient aussi hérodiens. Son projet était de rendre les Juifs de plus en plus contraires au gouvernement romain par les malheurs qui résulteraient de cette entreprise. Les architectes bâtirent avec l'intention de tout faire crouler et comme l'ouvrage approchait de sa fin, et que beaucoup de maçons d'Ophel étaient encore occupés à enlever les échafaudages, les dix-huit architectes attendaient ce qui allait arriver au haut de la tour voisine de Siloé. Toute la bâtisse s écroula. mais aussi une partie de cette tour où ils se tenaient, et les architectes périrent avec quatre-vingt-treize ouvriers. Cet accident eut lieu quelques jours avant le 8 janvier '20 Thébet ! de la seconde année de la prédication de Jésus, le jour où Jean-Baptiste fut décapité dans le château de Machéronte, et où commença la fête pour l'anniversaire de la naissance d'Hérode. Aucun officier romain ne se rendit à cette fête, à cause de l'écroulement de l'aqueduc, quoique Pilate y eût été invité avec une politesse hypocrite."

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/LaPassion/21Jesusr.html

"( 8 janvier. ) Ce matin, Jésus avait enseigné dans la synagogue de Thenath-Silo et il avait expliqué entre autres choses la parabole du roi qui donne un festin. Des gens venus de Jérusalem lui confirmèrent ici ce qui avait été déjà rapporté comme un bruit par les quatre disciples qui étaient venus le trouver près de Samarie, à savoir, qu'il était arrivé un grand malheur à Jérusalem à l'occasion d'une construction que faisait faire Pilate. et que, sans compter beaucoup d'autres personnes, dix-huit architectes d'Hérode avaient été victimes de la chute de l'édifice. Jésus plaignit ceux qui avaient péri sans qu'il y eut de leur faute, avec ce sentiment que nous éprouvons quand il s'agit de la mort d'enfants innocents, et il dit que ces dix-huit architectes qui étaient des Hérodiens, n'étaient pas de plus grands pécheurs que les Pharisiens, les Sadducéens et tous ceux qui travaillaient à l'encontre du royaume de Dieu : ceux-ci devaient aussi périr sous les ruines de leur édifice traîtreusement construit. Il raconta ensuite la parabole du figuier.

Hérode avait offert à Pilate, pour ses bâtisses, des pierres excellentes d'une espèce particulière, du ciment de bonne qualité et aussi des architectes de son pays, ce que Pilate avait accepté. Mais toutes ces offres cachaient une perfidie destinée à rendre Pilate odieux ; ainsi Hérode avait envoyé à Jérusalem dix-huit architectes qui étaient Hérodiens ou membres d'une société secrète comme celle des francs-maçons. Ils appuyèrent au penchant septentrional de la montagne du temple, du côté de la porte des Brebis, une construction qui devait servir d'égout pour les immondices du temple. Mais les travaux avaient été mal faits à dessein, en sorte qu'ils ne pouvaient manquer de s'écrouler, et Hérode pensait que leur chute ferait périr les trois cents hommes qui travaillaient là en qualité d'esclaves. C'étaient des gens qu'Hérode haïssait parce que la plupart étaient partisans de Jean-Baptiste, et il y en avait aussi plusieurs qui avaient été guéris par Jésus. La base de la construction était large, mais creuse ; elle devenait plus étroite, plus compacte et plus lourde à mesure qu'elle s'élevait, et la hauteur totale était considérable. Il y avait près de là toute une rue habitée par de pauvres ouvriers qui demeuraient sur la pente de la montagne du temple. Je vis aussi sur une terrasse les dix-huit Hérodiens qui dirigeaient ce travail où se cachait une trahison .Tout s'écroula à la fois sur les ouvriers, mais, ce qu'on n'avait pas prévu, les dix-huit Hérodiens périrent aussi, car la terrasse ou ils se tenaient s'éboula entraînant d'autres constructions et ils furent ensevelis sous les ruines. Plusieurs des petites habitations adossées à la montagne du temple, s'écroulèrent aussi et bien des Innocents périrent. Il y eut bien une centaine d'hommes écrasés sous les décombres. Cet événement eut lieu au moment où commençaient les fêtes de Machérunte. Pilate fut très irrité contre Hérode à cette occasion, et ce fut une des causes principales de leur inimitié."

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/Volume4/chapitr7.html

"La rue, peu avant sa fin, se dirige à gauche, devient plus large et monte un peu ; il y passe un aqueduc souterrain venant de la montagne de Sion ; je crois qu'il longe le forum où courent aussi sous terre des rigoles revêtues en maçonnerie, et qu'il aboutit à la piscine Probatique, près de la porte des Brebis. J'ai entendu le bruit de l'eau coulant dans les conduits. On trouve avant la montée une espèce d'enfoncement où il y a souvent de l'eau et de la boue quand il a plu, et où l'on a placé une grosse pierre pour faciliter le passage, ce qui se voit souvent dans les rues de Jérusalem, lesquelles sont très inégales en plusieurs endroits."

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/CatherineEm/LaPassion/31premie.html

 

 

LA TOUR DE SILOE ET DES AQUEDUCS en l'an 30 (résumé)

Un grand aqueduc, construit par Pilate, était d'une hauteur totale considérable. Appuyée au penchant nord de la montagne du temple, du côté de la porte des Brebis, cette construction devait servir d'égout pour les immondices du temple. Elle passait au coté sud-est de la montagne du Temple, et passait par-dessus la ravine où se décharge l'étang de Bethsaida. Il y avait près de là toute une rue habitée par de pauvres ouvriers qui demeuraient sur la pente de la montagne du temple. La tour de Siloé était voisine de cet aqueduc.

Un autre aqueduc, souterrain, venant de la montagne de Sion, longe le forum où courent aussi sous terre des rigoles revêtues en maçonnerie, et il aboutit à la piscine Probatique, près de la porte des Brebis.

Note: La localisation de la piscine de Siloé comme de la tour n'est pas indiquée par Anne Catherine.

LA TOUR DE SILOE ET DES AQUEDUCS aujourd'hui

"Des fouilles archéologiques à Jérusalem ont permis de découvrir un ancien aqueduc qui apportait de l’eau au bassin du Sultan et au Mont du Temple, approvisionnant en eau propre les résidents de la ville et les nombreux pèlerins visiteurs [...] Selon le Dr Ron Beeri, directeur des fouilles de l’Autorité des antiquités d’Israël : « Nous faisons face à un très grand aqueduc qui atteint une hauteur de 3 mètres. Naturellement, une des premières choses que le Sultan Suleiman se soit empressé de faire était de construire la muraille de Jérusalem telle que nous la connaissons aujourd’hui et de restaurer l’aqueduc qui fournissait déjà de l’eau aux pèlerins pour boire et se purifier. Il est évident que l’emplacement de l’aqueduc l’a rendu prospère et efficace. Nous nous trouvons face à des ruines de quatre aqueducs de quatre périodes différentes au même endroit : un byzantin (construit au VI-VIIème siècle), trois ottomans (construits au début du XVIème siècle)."

http://www.un-echo-israel.net/Archelogie-Un-ancien-aqueduc

"Les citernes et les réservoirs paraissent avoir été assez nombreux à Jérusalem Il y avait un réservoir devant la tour Antonia et un autre au nord de la ville (8). Quant à celui de Béthesda il était le même que celui de Siloé. Tout le quartier où il se trouvait s'appelait quartier de Siloé. On ne sait donc pas si la tour dont parle l'Evangile (9) était à la piscine même et contiguë à ses portiques ou seulement dans le quartier et à une certaine distance."

http://www.regard.eu.org/Livres.6/Palestine.au.temps.de.JC/07.html

"Les travaux d'embellissement de Jérusalem continuèrent sous les successeurs d'Hérode : le préfet romain Pontius Pilatus (26-36) fit construire un aqueduc amenant l'eau des « réservoirs de Salomon » au sud de Bethléem, et Hérode Agrippa (41-44) entreprit la construction d'un troisième mur au nord de la ville."

http://www.clio.fr/BIBLIOTHEQUE/jerusalem_une_ville_mythique_si_chargee_dhistoire.asp

Précédent Retour Suivant

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Maria und Julia Gräfin Schmiesing-Kerssenbrock (vers 1860)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)