QUI ETAIT ANNE CATHERINE EMMERICH ?

La plus grande visionnaire de tous les temps

 

BEATIFICATION

Le dimanche 3 octobre 2004

 

Merci à la chaîne KTO pour la retransmission télévisée de la cérémonie

Commentaires : Philippine de Saint Pierre, Traductions : Flavio Esposito

Lien : www.ktotv.com

[Nous voici sur la place Saint Pierre à Rome pour assister à 5 béatifications dont celle d'Anne Catherine Emmerich.]

 

[Présentation d'Anne Catherine par l'Evêque du diocèse de Munster.]

" Aller au cœur de la foi.

Anna Katharina Emmerick naquit le 8 septembre dans la communauté paysanne de Flamske.
Dès son enfance elle était attirée par la prière, la vie religieuse et voulait rentrer dans un monastère, mais sa demande ne fut pas acceptée parce qu'elle n'avait pas de dot.
Les Clarisses du monastère de Munster lui proposèrent alors de l'accepter à condition qu'elle apprenne à jouer de l'orgue.
Elle accepta avec enthousiasme cependant ne trouva jamais le temps pour apprendre à jouer de cet instrument. Elle était en effet toujours auprès des plus pauvres, des malades.
En 1802 Anna Katharina rentra dans le monastère et prononça ses vœux. Malgré son travail acharné elle ne fut jamais acceptée par ses consœurs qui lui reprochaient ses origines modestes.
De 1802 à 1811 Anna Katharina fut souvent malade.
En 1811 le monastère d'Agnetenberg fut supprimé à cause du mouvement de sécularisation.
Anna Katharina fut alors accueillit par l'abbé Lambert où elle travailla comme domestique.
Mais la maladie ne la quittait pas. Dans cette période Anna Katharina reçue les stigmates. Le Docteur Frank [Wesener], jeune médecin, lui rendait régulièrement visite. Le trait principal de la vie d'Anna fut son amour pour les personnes. Même depuis son lit elle continuait de faire des vêtements pour les enfants les plus pauvres.
Sa vie fut marquée par une union profonde avec le Christ. Elle aima tout particulièrement Marie. Elle voulait servir l'œuvre de la Rédemption.
L'Apôtre Paul dans sa lettre aux Colossiens parle de deux façons de servir l'Evangile. L'une dans l'annonce avec des paroles et des actes, mais quand cela n'est pas possible il dit : " Je trouve ma joie dans la souffrance que j'endure pour vous et je complète en ma chair ce qui manque aux épreuves du Christ pour son corps qui est l'Eglise. " [Colossiens 1 :24]
Anna Katharina a servi l'Evangile à la fois avec sa parole et grâce aussi à sa souffrance entendue comme un service pour la Rédemption. "

 

 

[Extrait de l'Homélie]

" La Bienheureuse Anna Katharina Emmerick a crié la terrible Passion de notre Seigneur Jésus Christ, et l'a vécue dans son propre corps.
Le fait que cette fille de paysans pauvres qui constamment a cherché à s'approcher au plus près de Dieu soit devenue la célèbre mystique de la région de Munster est une œuvre de la grâce divine.
A sa pauvreté matérielle s'est toujours opposée une richesse intérieure. Et, de même que la patience qu'elle a montrée en supportant les faiblesses corporelles, c'est la force de son caractère et sa fermeté dans la foi qui nous impressionnent. Elle tirait sa force de la sainte Eucharistie.
C'est ainsi que son exemple a ouvert le cœur de pauvres comme de riches, de gens simples comme de gens lettrés, a s'abandonner à l'amour de Jésus Christ. Encore aujourd'hui elle transmet à tous cette nouvelle du salut : " C'est par les souffrances du Christ que nous sommes sauvés. "
(1P 2, 24)"

 

 

On distingue à droite (derrière le chandelier) le reliquaire d'Anne Catherine qui a la forme caractéristique de la croix qu'elle voit lors de ses visions de la Passion du Christ

 

 

 

 

[Commentaires pendant la Communion (pris en cours) ]

"[... C'est le poète allemand Clément Brentano qui a rapporté les visions d'Anne Catherine Emmerich sur la vie de Notre Seigneur Jésus Christ] devenues un classique de la littérature mystique. Et puis avec une approche différente, moins romantique assurément, le témoignage également du Docteur Frank Wesener, son médecin, qui témoigna notamment auprès de l'Eglise des visions d'Anne Catherine.
Il est important de préciser à propos d'Anne Catherine Emmerich que les visions, les stigmates et tous ces phénomènes relèvent d'un don gratuit et que béatifier une mystique n'équivaut pas à une reconnaissance officielle de ses visions qui prendraient alors un caractère dogmatique. Elles sont reconnues certes comme n'allant pas à l'encontre du magister de l'Eglise et pouvant servir à certains mais n'ont pas de caractère obligatoire."

L'Eglise est bien sûr très prudente en ce qui concerne les visions de nombreuses mystiques inspirées, leur cohérence n'étant malheureusement pas démontrée. Ce site proposera bientôt une présentation comparative des visions de plusieurs mystiques ou visionnaires célèbres.

Il est tout de même dommage que des révélations pouvant être un don de Dieu soient laissées de côté dans nos bibliothèques au lieu d'être proclamées à tous les chrétiens.

 

 

On oublie parfois ces paroles de saint Paul dont la vocation et le ministère trouvèrent leur origine dans un phénomène mystique. Il y a beaucoup de similitudes entre ces mots et ce qu'a vécu Anne Catherine Emmerich. On regrettera la prudence excessive de l'Eglise alors qu'elle se réclame des saints Pierre et Paul: "Sur la foi de l'Apôtre saint Pierre, Dieu a fondé la foi de son Eglise [...] Par la voix de saint Paul, Dieu vous a instruits de ses mystères" (bénédiction de la messe du 29 juin 2011, fête des saints Pierre et Paul)

Samedi 18 juin 2011
Textes de la messe de ce jour

2Co 12, 1-10
Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
il faut donc des motifs d'orgueil ! Alors, bien que ce soit inutile, j'en viendrai aux visions et aux révélations reçues du Seigneur.
Je connais un fidèle du Christ qui, voici quatorze ans, a été enlevé jusqu'au troisième ciel - je ne sais pas si c'était avec son corps ou si c'était une vision, Dieu seul le sait - .
Cet homme que je connais bien a été enlevé jusqu'au paradis - je ne sais pas si c'était avec son corps ou si c'était une vision, Dieu seul le sait -
et cet homme a entendu des paroles inexprimables, qu'on n'a pas le droit de redire.
Pour cet homme-là, je pourrai m'enorgueillir, mais pour moi-même, je ne mettrai mon orgueil que dans mes faiblesses.
Donc, si je voulais m'enorgueillir, ce ne serait pas de la folie, car je ne dirais que la vérité. Mais j'évite de le faire, pour qu'on n'ait pas sur mon compte une idée plus favorable qu'en me voyant ou en m'écoutant.
Et puis, les révélations que j'ai reçues sont tellement exceptionnelles que, pour m'empêcher de me surestimer, j'ai dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour m'empêcher de me surestimer.
Par trois fois, j'ai prié le Seigneur de l'écarter de moi.
Mais il m'a déclaré : « Ma grâce te suffit : ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » Je n'hésiterai donc pas à mettre mon orgueil dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi.
C'est pourquoi j'accepte de grand coeur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.

http://www.forumreligioncatholique.com/t11492-samedi-18-juin-2011-textes-de-la-messe-de-ce-jour

 

Découvrez Anne Catherine Emmerich Retour

Maria und Julia Gräfin Schmiesing-Kerssenbrock (vers 1860)

" Et moi je suis morte, je ne suis qu'un esprit; autrement je ne pourrais voir ces choses, car elles n'existent pas maintenant, et cependant maintenant elles existent. Mais cela n'existe pas dans le temps; en Dieu il n'y a pas de temps, en Dieu tout est présent ; je suis morte, je suis un esprit. " (Anne Catherine Emmerich)